03 mai 2014

Défi #297

Une photo pour vous inspirer :

Arbre et toile

Nous attendons vos "feuilles" à

samedidefi@gmail.com

A tout bientôt !

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


The river dances forever (Célestine)

Jeunes et beaux, nimbe bleuté des fumigènes, salle suspendue en un seul souffle, ils apparaissent soudain sur la scène. Les filles ont la splendeur des nymphes de Donegal. Leurs petits seins lovés dans du velours vert, elles dansent cheveux au vent comme des fées. Le charme agit instantanément, sous l'effet d'un puissant philtre. Quelle sorcière rousse a déversé ton poison dans mes veines? Je plaque ma main sur celle de mon voisin. Je palpite. Jeunes et beaux, leurs corps d'elfes se tendent, et leurs jambes entament cet extraordinaire ballet. C'est intraduisible. C'est fou. C'est d'un coup tout un pays qui me gifle comme un paquet de mer. Écoutez la musique des flûtes et des violons vous enserrer dans la  fièvre celtique. Mon cœur bat avec violence.
Les landes battues par les vents résonnent de la langueur des uilleann pipes, et le fouet des vagues sur les falaises noires de Moher est adouci par les low whistles. 
Le bodhran explose.
Irlande belle et fière, tu coules en mon sang depuis toujours, et hier soir, tu as serré mon âme dans ton frisson. Ma gorge a éclaté de tes tourments anciens, de tes révoltes et de tes joies, de tes sanglots de fille d'ambre et dans mes yeux tes rivières dansent.
Irlande, ta musique EST mon âme. Et depuis hier soir, mon corps aussi danse.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [71] - Permalien [#]
Tags :

Aparté (Caro_Carito)

Il lui reste une heure. Excepté sa Fender fétiche, toutes ses guitares ainsi que son costume de scène doivent déjà se trouver dans sa loge. La balance est au cordeau depuis le début de l’après-midi. Il a déjà sifflé son litre de Benriach 19 ans d’âge, le seul assez efficace pour évacuer le stress à venir de la scène ; l’autre litre lui est camouflé dans une banale bouteille derrière son ampli et lui fera tenir les heures de concert, les sauts, les déhanchés, les solos qui n’en finissent jamais. Et pas que la gnôle d’ailleurs, mais ça… cela appartiendra à la légende.
Oui, Barbara, sa fidèle assistante et ex-p.. de femme a sûrement assuré comme d’habitude. Leur divorce lui avait coûté une baraque et la moitié d’une île. Une Harley aussi. Mais il y avait gagné la paix et une partenaire à toute épreuve.
Oui, la paix. Un coup d’œil dans le salon aux murs ornés de fusils, de disques d’or, d’une tête d’orignal empaillé. Il y aussi un bar chargé de fûts de bière, de bouteilles vides, de restes de fêtes et un immense canapé en cuir usé par la ribambelle de pin-up carrossées qu’il a culbutées, seule ou en compagnie.
Il s’enfonce dans le vieux fauteuil, celui qu’il n’a jamais remplacé depuis plus de quarante ans. Il est 17 h 30, aucune chance que qui que ce soit ne s’aventure à le déranger. Il attrape la télécommande de sa chaîne dernier cri et fait taire les feulements de guitare. Soudain, il n’entend plus que les crépitements du feu. Il se lève, sort de sa pochette un vieux vinyle et retourne s’asseoir pendant que les premières notes de l’album se saisissent de chaque parcelle de la vaste maison. Un son friable, au toucher délicat, fragile. Il ferme les yeux.
Cinq minutes et neuf secondes, solitaires, honteuses, jouissives. Un concerto italien de Bach, inoubliable, inavouable, qu’il savoure les yeux fermés, juste avant que Jasper, leur chauffeur, passe le prendre à 174h5. Cinq minutes neuf secondes d’un plaisir interdit, tatoué plus sûrement sur son corps que les dessins qui ornent ses bras et son torse.
Il a rangé le disque, l’a dissimulé dans une fente que seul lui connaît, caché la platine. Il soulève sa carcasse sanglée de cuir. Il sent l’alcool qui lentement lui donnera l’envie de bouger, courir, faire hurler ces mélodies qui résonneront dans les corps de la foule massée devant eux. Il sait aussi que, quand il entamera un de ses solos, chaque note de Bach se faufilera dans ses riffs, prolongeant la mélodie plus loin que le succès, l’orgueil, l’argent ou la drogue ne le feront jamais.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Participation de Prudence Petitpas


Musique Maestro…
S’envoler sur une partition
Comme j’aimerais connaître la chanson
Qui permet de s’évader de prison
Et d’échapper aux tourbillons…
Une note, deux notes, trois notes
Et je m’envole, je me dérobe
Je prends le large, je suis la côte
Je ne rentrerai pas à l’aube …
Ecole buissonnière
Serais-je la première
A voler ainsi le temps
De juste quelques instants
D’arrêt sur le piano
D’écouter jouer le beau
De sauter dans l’abîme
Sans avoir le vertige
De monter à la cime
Aller jusqu’à la tige
D’une escapade d’un soir
D’une balade dans le noir
Et ne jamais vouloir
Repartir, revenir
Sans même vraiment savoir
Où je vais pour m’enfuir…
Alors : Musique Maestro !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :


ta petite musique (par joye)

ta petite musique pink

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

Maestria (Djoe L'Indien)

Eh, maestro ? Musique ! Egrène donc tes notes,

La place ensoleillée est là toute pour toi

Et les premiers badauds déjà on aperçoit !

Sors tout ton attirail, fais valser tes menottes

 

Sur la touche d'ébène, enchantes les pavés !

De la ronde pointée à la croche au moins triple,

De ta partition folle ébauche le périple,

Sur un doux lamento commence à t'échauffer...

 

Quelques premiers curieux s'arrêtent sur la danse,

Nonchalante d'abord, qui s'élève dans l'air ;

Une fillette approche, ouvre ses grands yeux clairs,

Se met à doucement balancer en cadence.

 

Le parvis se remplit au matin tremblotant,

Le rythme s'accélère... Une femme s'invite

Qui entame un ballet, la fillette l'imite

Et les voici tournant en temps et contretemps.

 

Quelqu'un dans le public se met des mains à battre,

Le musicien joyeux dès lors change de ton :

Une volte mineure emporte les piétons

Et la femme toujours sous sa robe d'albâtre.

 

Là s'envolent les doigts tout en notes d'argent,

Sur les cordes tirant ou martelant la table

Entraînant le pas leste au rythme inimitable ,

Et la voici volant pirouettant voltigeant !

 

La musique tournoie, envahit l'esplanade,

La foule alors se fige observant ces deux-là

Qui la vivent si fort et avec tant d'éclat,

Que la fillette aussi cesse ses galopades ;

 

Il n'est plus de vivant qu'elle et le musicien

Sur le pavé luisant que le soleil inonde,

Que caressent les pas bien dix fois par seconde

Suivant l'allegretto de l'adroit magicien...

 

Après une sublime et dernière envolée,

La musique se tait, la belle disparaît !

D'elle ne reste plus que le parfum discret

Qui ondule parmi l'audience médusée...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Mélomane sans les notes….. ♪♫ (JAK)

Mélomane sans les notes…..    ♪♫

 

Oh ! Jean Philippe Rameau j’aime lorsque tu  ‘claveçones’

Quand tu m’emmènes en cortège endiablé de chaconne

Je danse et rêve  dans ce moment, moi midinette

D’être  dans la robe de  Marie Antoinette

ja01

Mais cet instant nostalgique, avidement bu

S’anéantit aussitôt quand radio s’est tue.

 

Alors

Je songe un instant,  que si je t’avais connu,

Du haut de ton archet, avec dédain,  tu m’aurais mesurée,

Moi simple soubrette qui rinçait de l’orchestre le parquet

 

Mais foin de toute  morosité,  la chose en est certaine

Ta musique m’enchante et m’enlève, moi vaine linotte

Tant pis  que  je n’en puisse savoir lire les notes……♪♫

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

La musique et moi (KatyL)

ka01ka02ka03

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags :

Trois pianos et un basson (Zigmund)

(un petit retour éclair aux défis parce que la consigne #296  me plait )

Le piano trônait  en bonne place dans le salon, il était pour moi.
J'ai eu du mal à comprendre pourquoi, alors que j'avais opté pour la  harpe, mes parents avaient choisi le piano.
Comme j'étais un garçon docile, quoique peu doué, j'ai suivi sagement les cours de solfège du conservatoire.
Je me souviens qu'à l'examen oral de fin d'année mon prof a murmuré à l'un des examinateurs que malgré mon niveau assez minable, ce serait mieux de me faire passer dans la classe supérieure et de me laisser commencer le piano.
Il avait raison, le résultat de l'examen n'avait déjà plus aucune importance : je savais tapoter le début de la toccata de Bach ... et nous sommes partis sans retour possible en abandonnant le piano et la maison avec.
Par la suite, je retrouve un nouveau piano et je reprends l'étude avec un nouveau professeur. Je découvre les gammes de la méthode Hanon... je dois être maso  ... j'aime ce genre d'exercices  qui vident la tête et j'aime aussi étudier le solfège. Je malmène les classiques : le gai laboureur, la lettre à Elise, le concerto d'Albeniz et  une polonaise de Chopin, mais je refuse de jouer la marche turque de Mozart que j'écoute en boucle  de peur de l'abimer.
Dans une cage près du piano un mandarin chante dès que je me m'installe devant l'instrument. 
Les années passent, mes progrès sont faibles, mon prof est trop coulant, mes études ont pris le dessus.
C'est ma grand mère qui prend ma place : elle chante dans un dialecte arabe-hébreu les chansons de Lili Bonniche ou  de Reinette l'Oranaise ...et toute ma vie je m'en voudrai de ne pas avoir enregistré et photographié ces  moments de grâce. 
Une fois de plus, je laisse mon piano derrière moi pour plonger dans les études de médecine.
Bien plus tard, les sous me manquent pour racheter un piano, en attendant, je reprends à zéro les études de solfège, et je loue un basson ...
La maison résonne d'opéras, de musique baroque, ou contemporaine ;  je me fais régulièrement la promesse de travailler plus sérieusement, mais le temps se rétrécit.
Le piano qui revient  un jour dans la maison est un cadeau  posthume de ma grand mère. Sa photo est posée en permanence sur l'instrument.
Reste cette émotion intacte quand je regarde cette image que j'essaie maladroitement  de retrouver sous mes doigts les musiques de ma jeunesse et que je pense à ce premier piano resté de l'autre côté de la mer. 

piano


(https://www.youtube.com/watch?v=J7TNPXwnOXI

PS  pardon d'avoir  usé et abusé des liens 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :