bon01

 

Je pousse la porte d’un piano bar

Où il n’y a pas une seule âme

Seul un piano en habit noir

Au beau milieu d’une pièce calme

bon02

Je viens m’asseoir face à lui,

Mains posées sur ses touches ébènes,

Et aussitôt elles se mettent à jouer une mélodie

Moi qui ne suis pas musicienne.

 

Soudain le piano devient banquise

Et des pingouins en salopettes

Sur cette glace douce et exquise

Glissent et tournoient, faisant des claquettes

bon03

Suis-je envoutée et prise dans un sortilège

Mais peu importe je profite du spectacle

Et la banquise fond et le piano redevient sage

Les pieds dans l’eau une musique arrive et m’encercle

 

Et les touches du piano s’étirent et s’allongent

Comme c’est beau toutes ces rayures en noir et blanc

 J’attends que la métamorphose  opère

Profitant de ce moment impressionnant et charmant

bon04

Mon esprit erre sur une musique de Chopin

Soudain se dresse devant moi un couple de zèbres sereins

Enlacés dansant tendrement, leur regard un peu chagrin

De savoir que la métamorphose ne durera pas

bon05

Effectivement en un instant tout est revenu à la normale

Et un homme fait son entrée en belle tenue

Il est venu nous jouer son récital

Et comme il se doit je le salue.