Je suis un zèbre, bien campé sur mes sabots, la pelisse ornée de bandes verticales noires et blanches, broutant les pâturages africains, très affectueux, aimant la compagnie de mes semblables…

Non, ceci n’est pas une petite annonce, je ne recherche pas l’âme sœur, simplement je me présente.  Tel que je suis ? Plutôt tel que j’étais…Car le jour du printemps, quand tout le monde dormait, je suis devenu papillon.

Je suis  sur votre épaule. Si vous bougez, je m’envole. Et je me pose avec douceur sur la rose ouverte dont le parfum m’enivre. S’iIl faut longtemps à la chrysalide pour devenir un papillon libre, moi, il m’a suffi d’un instant.   Désormais mon envol se rit des clôtures et des grilles, se roule dans les effluves multiples des jardins fleuris, et dépose au bout de mes ailes une senteur de lilas.

Devenir un papillon m’a été donné comme un cadeau. J’étais las de marcher sous la brûlure du soleil, j’enviais le vol des oiseaux, si légers et prompts à repartir, je virevoltais dans mes rêves. Aujourd’hui, je remercie le génie qui m’a transformé. Grâce à lui j’invente des paysages, je flâne par-dessus les clochers et m’endors dans l’herbe pure de ma méditation. Je change de couleur la nuit, mon bleu se satine, mon œil perce l’obscurité, je rencontre des ombres, je leur parle et elles se confient. Un papillon peut tout entendre. Et j’apporte un peu de miel aux solitaires qui croisent ma route.

Un zèbre, moi ? En voilà une idée ! D’ailleurs, c’est quoi, un zèbre ?...