J'ai dans la tête, en liberté, un tas d'idées :
Idée en l'air de voyager tel un oiseau,
Idée en mer de patauger comme un roseau,
Elles sont là, soir et matin, dévergondées.

J'ai dans la tête, et sans nuage, un ciel tout bleu,
Un ciel si bleu que le soleil me le jalouse
Tant que le soir de rouge sang pare sa blouse ;
Pourtant pour moi joie est ce feu devant mes yeux...

Il y a là tant de couleurs qu'un jour un peintre
A décidé de les fixer sur un tableau,
Du bleu de l'encre entre les mots au bleu de l'eau
Qui se reflète au fond des cieux comme une une étreinte.

Quand je m'endors la tête vide au noir du soir
Parfois la nuit au fond d'un rêve il en naît une
Qu'aurait bien pu souffler sans bruit le dieu Neptune :
Mes rêves sont des esprits fous le déversoir !

Elles sont toutes j'en ai peur si farfelues,
Pour les cacher le rigolo a rajouté
Un grand chapeau au fond duquel sans hésiter
Y ont dansé les folles et les saugrenues.

Dedans ma tête, et ce gibus, soudainement,
Par le pinceau les voici là toutes figées
Mais je ne sais si un beau jour de s'envoler
Elles ne vont pas essayer, espièglement...