Depuis quelques semaines, je lis chaque jour ou presque quelques pages de Naissance de Yann Moix, livre qui pèse ses trois livres au bas mot, ce qui est bien plus fort qu'un triple A. Ce poids qui n'est pas une tare en soi [ni en moi(x)!] m'oblige à une installation confortable et stable : je me cale au fin fond d'un bon fauteuil et je ne bouge plus, sinon les doigts pour tourner les pages. Certes, je peux opérer en station horizontale mais dans cette position, le temps est compté si je veux éviter la crampe dans les bras que je n'ai pas si longs que ça, ce qui est bien dommage lorsque la presbytie se fait de plus en plus insistante ! Ainsi, lis-je petit à petit, chaque jour un chapitre – généralement assez court, ce qui est pratique pour découper ma lecture. Finalement, on peut dire que je la déguste cette Naissance qui n'en finit pas, et ce n'est pas plus mal ainsi car en tentant de me farcir plus de mille deux cents pages en quelques jours seulement, je risque l'implosion textuel, la boulimie verbale, l'overdose syntaxique. Le néant der Tal, le vide-ordure, le propre à rien... Le dégoût des autres livres.

Aussi, est-ce de cette façon que, il y a quelques jours à peine, à la page deux cent seize de ce grand œuvre, je suis tombé sur ce passage que je ne mettrais pas à l'index, bien au contraire car je vous l'offre à bras ouverts :

 

''Il n'y a rien de plus laid sur la terre que de désigner un homme (a fortiori un enfant) du doigt. J'entrais dans un monde de doigts. Doigts tendus nerveusement vers les coupables, plus coupables encore quand ils sont faibles, plus faibles encore quand ils sont innocents. Désigner du doigt : exercice où l'homme me semblait exceller. Délatrice humanité. On m'avait accusé de naître. Puis on m'avait accusé d'être né. On m'avait ensuite accusé d'avoir survécu à cette naissance. Enfin, accusé de continuer à être en vie. Des dizaines de doigts pointés m'avaient déjà transpercé la chair. J'étais criblé d'accusations comme certain saint de flèches.

Qu'avaient donc tous ces adultes avec leurs doigts ? Cela virait à l'obsession. Doigts qui tantôt voulaient se précipiter dans ma bouche pour m'assassiner, tantôt se braquaient vers moi comme des bergers-allemands. Ces doigts tendus comme des nerfs, à qui s'adressaient-ils ? A moi ? A l'être neuf en moi ? Ces doigts, plus particulièrement l'index, guidaient-ils, régissaient-ils le monde ?

Mon premier sentiment fut que l'humanité comptait beaucoup trop sur ses doigts, prolongés d'ongles, noircis, rongés parfois jusqu'aux sangs. De ces mêmes doigts humains pouvaient tout aussi bien jaillir une sonate de Schubert, mais les doigts qui s'étaient donné rendez-vous dans ma chambre n'étaient pas musiciens. C'étaient des doigts politiques, non des doigts artistiques. C'étaient des doigts juridiques et rituels qui fondaient sur vous comme des vautours sur un lapin, vous marquaient d'un coup de bec, puis repartaient faire un tour dans les airs en préparant un nouvel assaut...''

 

Ce que je trouve incroyable, c'est que je venais de lire quelques instants auparavant la nouvelle consigne du défi du samedi : ''Donner une (ou plusieurs interprétations) de la célèbre locution française : Avoir le bras long !''

Étonnant, non ?

Veuillez toutefois m'excuser de m'être égaré dans les méandres moixiennes... Je vais désormais me reprendre en main et vous donner en un tour de bras ma propre définition. Ainsi donc, je m'y atèle... :

Pour répondre donc à la question posée ce samedi, je dirais que, généralement, lorsqu'on a le bras long, c'est qu'on a les doigts gourds. C'est un peu comme selon une mouvance – marginale ? - des sixties, avec les cheveux et les idées. En ce temps là, on ne coupait pas les cheveux en quatre et les hippies pip hourra n'avaient pas intérêt de crâner s'ils ne voulaient pas finir en épis pis pourra !

Et je n'irai pas plus loin en ma définition et préfère tourner court car, j'imagine que vous mesurez par vous-même, bien qu'à bras raccourcis (position que j'opte obligatoirement lorsque je me retrouve calé dans mon fauteuil avec plus d'un kilo cinq sur les bras), l'étendue des dégâts.

Bon dimanche et à la semaine prochaine !