Ce n'est pas que je veuille me montrer pessimiste, mais à cette période de l'année où il est de bon ton de la souhaiter bonne, heureuse, radieuse, faramineuse même, à tout un chacun (et même chacune), je ne puis m'empêcher de me rappeler qu'au temps de ma jeunesse folle, du côté de la préhistoire donc, mon ami "L'âne à chroniques" qui sévissait dans le même journal d'association que moi, parlait à cet égard de vœux pieux qui prendraient rapidement des allures de vieux pneus et préconisait de mettre un peu plus d'authenticité dans nos vies plutôt que de les barbouiller d'un vernis dicté par les circonstances.

Ouais, il était dur !

Mais bon, il ne vous connaissait pas...

Forcément : le web n'existait même pas !

goodyear