Un jour, une poule de l’espèce la plus caquetante,
Trouva un couteau de l’espèce la plus coupante.
Peu versée dans les couverts, elle entreprit de lier connaissance,
Jugeant la chose intéressante du seul fait de sa brillance.
Elle s’adressa à sa virole, trouvant sa découpe fort seyante.
Que vous êtes jolie et comme votre ligne est élégante !
Mais quand je m’approche de cette lame qui figure votre corps,
Hélas l’image emplumée qui s’y reflète est une insulte au décor,
Le bec jaunet, les yeux chassieux vraiment quelle horreur !
Il faudrait changer de robe, si vous voulez, au coq, faire honneur.
La poule moqueuse se gaussait encore de l’instrument,
Quand la fermière la prit par les pattes, incontinent.
Toute heureuse d’avoir retrouvé son couteau,
La poule en sut l’usage tout aussitôt !!


Poulettes qui tant des autres vous moquez
Sans même vouloir apprendre ni envisager,
C’est à vous-même que renvoie la triste réalité,
De cette volaille idiote qu’on pluma sans pitié.

….

     - Encore un bout de sot-l’y-laisse ?
     - Oh oui et des frites aussi !!