Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le défi du samedi
Visiteurs
Depuis la création 1 044 258
Derniers commentaires
Archives
21 septembre 2013

Le trésor (Célestine)

Je marcherais vers toi sur un trottoir mouillé de noirs et blancs pavés, jupe de satin doux et caraco turquoise. Les mèches de mes cheveux fous porteraient à leur bout des  perles de pluie fraîches, et mes lèvres entrouvertes attendraient, frémissantes et buvant l’air aigri de cet automne froid, que tu viennes vers moi. Et le flot des Pontiacs bruisserait sur l’asphalte,je ne verrais que toi dans mes yeux d’amour flou. Je courrais, je courrais, j’attraperais la mort à courir comme ça sous la pluie de novembre, mais je n’écouterais pas la voix de la raison, et je courrais encore.

Tu serais sur le port, fier et lointain paysage, et le regard perdu dans la brume étouffée. La main serrant le bastingage d’un quelconque café, ténébreux et sauvage, tu ne regarderais pas dans ma direction, mais vers un point cruel de l’horizon blafard qui ne serait pas moi.

J’arriverais fourbue, éperdue, et perdue noyant dans tes yeux clairs le chagrin de mes yeux, serrant mes poings de peur que tu ne me repousses, et pourtant, au milieu d’une foule inconsistante et fade ignorant les tourments qui agitent mon âme, tu placerais soudain tes bras comme un rempart, tout autour de mon corps telle une forteresse, la chaleur d’un  baiser allumerait en moi un incendie hagard.

Elle regarde sa montre et remonte son col. Il est tard, elle sort dans le soir ordinaire. La pluie a allumé le trottoir de diamants.

Elle est seule, elle a froid. Elle a encore rêvé d'un improbable amant au carrefour des songes. C’est sa seule richesse, rêver, c'est son trésor. La vie l’a oubliée une nuit de janvier où ses beaux yeux sont morts. 

 

cél

 illustration:Joël Guenoun ®

Commentaires
D
merci, me suis laissé porter par tes mots, c'était bon..
Répondre
V
j'ai le sentiment d’arriver après la pluie de réaction! ne cessons pas de croire en notre capacité à aimer
Répondre
J
Très intéressant, un rêve narré au conditionnel. Autrement dit, la narratrice rêve de rêver car elle n'aura pas encore vécu son rêve et il lui manque une condition...un siquoi, comme hurlent les grammairiens (ou les grand-mères I.N.). A mon avis, narré au futur, cela voudrait dire qu'un jour, cela arriverait parce que la volonté y jouait. Oui, comme je dis, très intéressant, ce conditionnel - parce que, après tout, l'idéal est d'aimer...inconditionnellement. Ainsi termine mon dimanche philo, merci pour le sujet !
Répondre
V
Belle histoire Célestine et merci pour le lien !
Répondre
M
"C’est sa seule richesse, rêver, c'est son trésor." ... Bien choisis ces verbes au conditionnel, ce temps dévolu au rêve ... <br /> <br /> Une très belle écriture comme toujours chère Célestine !
Répondre
Newsletter
Le défi du samedi