Rêve ou réalité ?

Je dormais profondément sur un canapé rouge au pied de mon lit à baldaquin blanc, enroulée dans des draps de dentelles.

Ma fenêtre grande ouverte, donnant sur le jardin, c’était l’été, et il faisait si chaud la nuit.

k1

Brusquement je fus réveillée par un bruissement d’aile qui vint frôler ma joue, je regardai autour de moi et je vis une pie qui était couchée au pied de mon lit et semblait étourdie par son atterrissage les ailes prises dans le tissu.

Elle semblait fatiguée, et elle baissait sa petite tête vers le sol.

k2

Je lui parlai comme s’il s’agissait d’une personne.

-« bonjour jolie pie, tu viens me rendre visite, ne t’inquiète pas je suis l’amie des oiseaux, repose toi un peu et je t’aiderai à repartir, je vais aller te chercher un peu d’eau »

Je revins rapidement, elle but quelques gorgées et me regarda d’un air apaisé, elle s’endormit un peu dans mes rubans, je ne bougeai pas pour ne pas la réveiller, je restai près d’elle comme on veille un enfant.

Puis elle s’étira et sembla me dire :

 - « j’aimerais repartir, si veux-tu bien m’aider ?»

Je la pris dans mes bras elle se laissa faire, je me penchai à mon balcon pour l’aider dans son vol, mais elle semblait tétanisée et rien ne se produisit.

Elle me regarda d’un regard étrange comme si elle avait un message à me délivrer du genre :-« aide moi fais quelque chose s’il-te-plaît»

Je retournai au balcon mais cette fois je montai sur une chaise pour lui donner encore plus d’aisance, elle me caressa la joue et prit son envol avec une grâce infinie, elle passa plusieurs fois devant moi comme pour me saluer.

J’étais si heureuse d’avoir aidé cet oiseau.

Je m’apprêtai en hâte à sortir pour aller voir mon ami l’oiselier qui demeurait non loin de chez moi et lui raconter cette aventure.

Il m’écouta avec beaucoup d’attention et à la fin de mon récit me dit :

-« cette pie n’est pas venue chez toi par hasard, elle est arrivée à la fin d’un cycle, elle part en messagère du ciel vers une destination connue d’elle seule, moi je sais où et pourquoi car je comprends leur langage » !

Je m’exclamai :-« mais dis-moi tout ! Je veux tout savoir ! »

-« En fait elles sont les gardiennes de l’entrée du paradis pour tous les oiseaux qui meurent, elles les accompagnent jusqu’aux jardins de couleurs  un peu comme ceux que tu peins.

                         k3           k4

Toi qui es artiste peintre tu as développé une sensibilité proche de la leur et tu voles par-dessus les nuages si souvent dans ta vie, tu nourris tous les oiseaux qui passent en ton jardin depuis toujours, tu es donc leur amie, cette pie devait porter un nom gravé sur son aile, as-tu eu le temps de lire son nom ? »

-«  oui en effet je n’ai rien compris à ce nom mais sur son aile était gravé le nom de « LAUDT ».

-«  Laudt est son nom alors me dit-il »

Je rentrai chez moi tout légère et aérienne cette découverte m’enchantait je pensai il me raconte une histoire mais c’est si joli, en même temps j’étais perplexe car j’avais bien vu ce nom gravé, qu’est-ce que cela signifiait ? »

Le soir encore je pensais si fort à elle je l’appelais de mes vœux pour quelle me rende à nouveau visite, si elle le voulait.

Un instant entre rêve et réalité je fus emportée par des oiseaux dans un endroit inconnu de moi ; Là, des centaines de pies étaient posées sur des lits moelleux et elles semblaient en léthargie mais vivantes, elles avaient toutes un nom gravé par ordre alphabétique sous leurs petits nids.

 Je cherchais à « L »pour trouver LAUDT et en effet je la trouvai, je la reconnu de suite, son regard limpide entra jusque mon âme.

Elle me dit :

-« bonjour tu es venue , je t’ai envoyé chercher car je voulais te dire merci et t’expliquer pourquoi j’étais venue chez toi, je suis l’oiseau de ton ange gardien, et en même temps tu vois que notre espèce a un travail à accomplir ici au paradis, nous sommes chargés d’accueillir tous les oiseaux qui quittent la terre, mais toi, lorsque tu mourras et que tu quitteras la terre, j’enverrai les oiseaux te chercher pour que tu sois plus sereine, car tu nous a nourris toute ta vie, ainsi nous rendrons ton parcours au paradis plus léger, il sera enchanté par nos chants ; Et  lorsque tu vas te réveiller

Tu ne sauras plus très bien si c’était un rêve ou la réalité, mais je te le dis,  ceci est la réalité et arrivera »

k5