Ste
L'Apollonide - Souvenirs de la maison close

 

"Dans le salon de Madame des Ricochets

Les miroirs sont en grains de rosée pressés

La console est faite d'un bras de lierre

Et le tapis meurt comme les vagues.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Les gentlemen sirotent un vieux bourbon

Les dames minaudent et séduisent

Tandis qu’un pianiste joue en sourdine une étrange mélopée.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Un homme saisit une dame par la main

Et l’allonge sur lui, ventre contre ses genoux

Lui soulevant les jupons, il lui assène une fessée.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Certains exultent à regarder l'excitant spectacle

Tandis que d’autres débutent cette antique danse

Corps contre corps, langueur et soupirs, transe érotique.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

L’odeur de l’alcool et du désir excite ces hommes si soignés

Ils ont le contrôle, ils ont le pouvoir, ils ont payé

Ils peuvent choisir de gratifier ou bien de punir.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Avec violence ou tendresse, les gentlemen prennent leur pied

Et Quand sonne Madame des Ricochets

Le rituel est clair: les gentlemen suivent les prostituées.

 

Dans le salon de Madame des Ricochets

Il ne reste plus personne, les dames assouvissent tous les fantasmes

A l’étage, les soupirs et les cris sont feutrés

Et nul ne doute que les gentlemen obtiennent ce pour quoi ils ont payé."