k1

 

Il avait tout préparé, les fleurs en bouquet, les petits coussins, le pique-nique pour le déjeuner du midi, il était  venu me chercher en barque, une barque faite par lui et son père.

J’habitais sur le lac de l’autre côté de chez lui,

J’étais de « l’autre rive ».

Je peignais le dimanche lorsque le soleil était au rendez-vous sur les bords du lac, et c’est là qu’il m’avait vue, mes cheveux blonds attachés à la sauvageonne en chignon, ma longue robe romantique en tissu de percale parsemé de  roses, mes ballerines assorties, et mon tablier pour protéger ma tenue des taches de peinture.

J’étais bien, le soleil pas trop fort, l’eau tranquille et frémissante les oiseaux de passage qui égayaient l’après-midi .Mon tableau était déjà bien avancé lorsque j’avais senti dans mon dos une présence, je m’étais retournée en souriant et je l’avais vu, LUI ! Mon cœur avait chaviré, il était en maillot genre « marcel », les épaules dégagées, de superbes épaules ! J’adore les épaules robustes, on se sent de suite protégée d’emblée on a envie de se réfugier dedans…je m’étais sentie rougir, et je bégayai bêtement :

- « Bonjour, ma peinture vous plait-elle ? »

-« Bien-sûr elle me  plait beaucoup, je suis émerveillé par ce que vous faites, ce n’est pas la première fois que je vous regarde peindre, mais aujourd‘hui avec cette lumière dans vos cheveux, j’ai eu envie de voir au plus près, je ne vous dérange pas j’espère ? »

Et il passa le reste de l’après-midi à me regarder peindre sans oser m’interrompre.

 Au moment de plier ma table et mon chevalet, je m’aperçus qu’il avait déposé un bouquet de fleurs sur la boite de peinture et je ne l’avais pas vu les cueillir, je le remerciai du fond du cœur, il m’accompagna jusque notre demeure où je vivais encore avec mes parents, tout le long du trajet il me parla de lui, me posa mille questions sur moi, il souhaitait me revoir.

Nous nous revîmes chaque dimanche de cet été, il me fit ardemment la cour, je le fis un peu attendre malgré mon envie d’être serrée dans ses bras jusqu’au dernier dimanche d’août,  où cette fois je le laissai m’embrasser…..

Il vint demander à mes parents la permission de m’emmener pique-niquer en prétendant être le meilleur rameur du lac, que je serais tranquille et qu’il préparerait tout ! Mes parents ravis donnèrent leur accord car Germain leur plaisait beaucoup, son sérieux était connu de tous, sa gentillesse, son beau sourire, son regard franc,  et pour moi sa beauté intérieure (et ses épaules de rameur)../….