Même pas peur, zéro crainte!
Mon sang n'a fait qu'un tour,
Mais jamais deux sans trois:
Pas de cheveux en quatre.
Si j'en crois mes cinq sens,
Plus le numéro six,
Je tournerai sept fois ma langue
Et bien assise sur le grand huit
Je fêterai l'an neuf en grande pompe.

Je te l'ai dit dix fois
Sans agressivité (pas une onze):
Tu me fais la vie douze,
Mais c'est treize embêtant
Quand tu quatorzes tout le temps.
On se verra demain en quinze
Dans un tableau de Seize Anne
(Si d'ici là pas de dix-sept
Comme en quatorze-dix-huit).

Même pas peur, zéro crainte!
Les nombres ont d'habiles contraintes.
Le dos d'un chat qui fait ronron
Et le carré, tout tourne rond.
Allons, ne prends pas la tangente.
Je viens d'un monde parallèle
Où tout est bien numéroté,
Sans que pourtant rien ne se compte.

Tout y repose sur les nombres,
Et leur plus grande perfection
Est sans doute leur réserve.
Dans la musique, dans la neige.
Dans toute proportion.
Dans tout équilibre.
Partout, présence discrète
Et efficace régulation.

Ne prends rien au premier degré:
Plutôt comme un message chiffré.
Avec toi j'irai aux confins du monde.
Des kilomètres sans les compter.
Des baisers, des gestes d'amour:
Seul cela compte.
Mais est-ce que ça peut SE compter?
Si le niveau d'essence baisse,
J'irai à pied.
Si le niveau de sens augmente,
J'aurai gagné.

Au loto? Un gain de combien?
Non mais tu veux rire!
Le bonheur, est-ce que ça se compte?
La conscience, est-ce que ça se compte?
La plénitude, ça peut se compter?
Dis-moi: est-ce que ça se compte,
L'éternité?