HEURTS


 

Absurdités

 

"Mais qui donc a sonné à la porte d'entrée ?

Le son est dissonant, ce doit être un Wagner

- On dirait un jazzé ? … Du sériel ? … Pas très clair ! …

- Vérifie, veux-tu ? Suffit de regarder.

 

- Le son ressemblait à… celui d'une trompette.

- Je vais voir attends-moi… !!!! Devine qui est là ?

C'est un chat malsonnant …    - Non ? - Mais si, viens voir là :

Sa moustache est frisée et son poil en jupette.

 

- Alors il faut l'aider ! Où est le diapason ?

- Il faut la redresser ! C'est une queue d'oison !

- Quelle idée en hiver d'aller jusqu'à Venise ?

 

- Pauvre chat en chagrin !  D'amour, certainement !

- Quel blues il a dit donc ! Vite, au chaud pétillant !

Je vais te redonner de belles vocalises !"

 

Et toutes deux de lui donner un Bain, … doux

Dans la robe du chat, elles trouvèrent un Cœur, … brisé

… le réchauffèrent ;

La larme en coin à ôter, et le séchoir alla bon train ;

La moustache foudroyée par la flèche

fut lissée, le lisseur à portée, dérangé.

La malice paracheva le tout

et la jupe en tulipe disparu, redevenant toison.

Le chat se regarda, une fois bien peigné, bien lustré.

Il essaya un son.

Ce fut une symphonie maladroite classique

qui n'était pas assez déchiffonnée.

Décidément, il était fait pour la modernité.

 

pru1
Céline Messier, illustratrice
http://celinemeisser.blogspot.fr/

 

 

Très noir, très très noir mais pourrait être REEL …, allez savoir …

 

IL S'EST FRACASSE.

IL S'EST REVEILLE.

IL A SURSAUTE.

IL A PANIQUE.

IL S'EST FRACASSE A NOUVEAU.

IL S'EST DESESPERE.

IL A DONC OUBLIE

ET IL S'EST EVADE.

JE SUIS DESESPERE AUSSI, JE L'AIME.

"Mais qui donc a frappé ?

Le réveil en sueur.

Mais quelle heure est-il donc ?

Dans le ventre, la peur.

Me suis-je échappé ?

Au diable les pilleurs

De rêve. L'abandon,

L'errance et les vapeurs

Nauséabondes, seront

Très bientôt dissipées.

… 

Oh ma tête éclatée …

Je crois bien que j'ai vu,

Mais je ne voulais pas,

Mon monstre du Loch Ness.

Et puis je n'ai pas pu …

La folie n'est pas loin,

Je la sens ce matin.

Le fil est si ténu.

Il suffisait d'un pas.

Mais quelle est cette pièce ?

Je ne reconnais rien,

Je ne me souviens pas."

Il alla droit devant

Et il tomba au fond.

Il n'est plus revenu.

Seul son corps est vivant.

Le reste est abandon.

Je l'ai vu ce matin

Étranger devenu

Aux autres et à lui-même,

"Mais tu m'entends ? Je t'aime.

Viens dans notre jardin.

Où as-tu mis ta tête ?

Attends, je t'aide à l'enfiler"

pru2
Aruna Zilys
http://www.com/art.asp?!=A&ID=700

 

"Optimisme-aventure", de salon : … Mais où est donc passé le thé ?

 

Qui a cogné ?

C'est peut-être le vent ? Le vent d'automne ou le vent de printemps ? Peu importe, j'aime les deux. Le premier me prépare aux frimas de l'hiver et le second tonifie mon écorce. Je te laisse choisir…

C'est peut être un pic vert ? Il mettra de la vie dans mon cou. Cela vaut bien une écorchure. Bientôt les oisillons tiendront compagnie aux petits de la pie qui vit déjà ici. Feront-ils bon ménage ? Arrange-toi au mieux avec eux.

Ou c'est peut être un homme ? Mon rêve, s'il doit me travailler, c'est de devenir fond, fond de violon ; pour résonner et t'emmener ballader ( si, si c'est comme cela que je veux l'écrire ici ) . Pas de machine, plutôt tes bras et ta cognée ; c'est beau un homme en plein effort.   

Qu'est-ce que cela peut bien être ?

Il est peut-être l'heure ? L'heure de me réveiller ? Il est vrai que je sens que ça monte. Oui, c'est ça, c'est ma sève qui monte. Je vais pouvoir me remplumer de larves et de fourmis. Secoue-moi, secoue-moi il est l'heure.

Enfin je me réveille et merci d'être là, d'être toi. 

Mon bois léger et blanc peut étirer ses bras et frémir son feuillu.

Sycomore est mon nom mais tu le sais déjà.

Il t'enchante, ô toi, n'est-ce pas ?  Tu trembles mon "i" grec et l'ouverture de mes deux "o" se penchant vers le "r" avec tant d'émotion, je le ressens tu sais.

Il te fait voyager : luminophore, messidor, anaphore … Allez, partons ensemble. Le veux-tu ? Partons en mythes et en légendes aussi, viens voir dans mes sillons.

 J'étais mûrier en toi quand tu m'as élagué.

Puis figuier, j'ai nourri ta croissance.  

J'ai grandi en érable un peu faux. Il faut me pardonner : c'est un petit écart qui m'a permis de m'enflammer parfois.

Tu es mûr maintenant. Ô toi que je sommeille en moi, ô toi qui me réveilles, ô toi…

J'ai été, j'ai été… chut, viens ô viens, je te dis à l'oreille …" … ".

Voici le petit résumé de ce qu'il m'a raconté,

en deux paragraphes agrafés ( à compléter ) :

 

 

Petit hommage à Monsieur Ponti

 

 

pru3
Allaitement-Thoutmosis-III--Mekhitarian

 

pru4