Il s’est approché d’elle en ce matin d’été

Dans la douce maison où vécut leur romance

Il a pris dans sa main la vieille main fanée

L’amour ne vieillit pas, il change d’apparence

 

Il était beau et grand, son coeur il a volé

Il y a cinquante ans, il en a souvenance

Et ce soir ils iront sous le ciel étoilé

Se promener tous deux, comme à l‘adolecence