Aglaé : Cellulite ! Il a écrit cellulite !

Thalie : Comme j'ai l'honneur de te le dire, et en toutes lettres encore !

Euphrosyne : ὢ πόποι !

Aglaé : Il est gonflé ! (Si j'ose dire)

Thalie : À qui le dis-tu !

Euphrosyne : ὢ πόποι !

Aglaé : Ben à toi... Et c'est quoi, ce mortel ?

Thalie : Un certain Walrus...

Euphrosyne : ὢ πόποι !

Aglaé : Un Russe ? On ne s'occupe pas que des Grecs ?

Thalie : Ne sois pas plus orthodoxe que le Pope ! C'est un Belge...

Euphrosyne : ὢ πόποι !

Aglaé et Thalie : Oh, Euphrosyne, tu peux pas varier un peu ?

Euphrosyne : ...

Aglaé : Je vais demander à notre cousine Atropos de s'en occuper...

Thalie : Attends, attends, il a des excuses...

Euphrosyne : ἥϐη !

Aglaé : Des excuses ? Pour un rien il disait "Les trois grasses" !

Thalie : Ben oui, mais tout ça c'est la faute à l'autre, là, le Pietro Paulo !

Euphrosyne : ἥϐη !

Aglaé : Le peintre flamand ?

Thalie : Pire : Anversois ! Et les Belges ne nous voient qu'à travers sa peinture.

Euphrosyne : ἥϐη !

Aglaé et Thalie : Euphrosyne !!!

Euphrosyne : [ʁybɛns] !

Aglaé et Thalie : Oh, c'est pas du grec ça !

Euphrosyne : Ben non, c'est du phonétique...

Aglaé : Bon, j'ai perdu le fil maintenant...

Thalie : Tu te prends pour Clotho ?

Euphrosyne : [ʁybɛns] !

Aglaé : Ah oui, Rubens, merci Euphrosyne !

Thalie : C'est à lui qu'on devrait s'en prendre, tu as vu comment il nous peint ?

Euphrosyne : [ʁybɛns] !

Aglaé : Et tu crois que nos cousines Moires vont marcher ?

Thalie : C'est dans la poche, tu penses : il les a peintes aussi le rustre ! En plus il les a appelées "Les Parques", à huîtres peut-être !

Rubens