Ma p’tite chérie, mon colibri,
Tu es mon unique grigri.
Pas besoin de porte-bonheur,
Avec toi, je ferais mon beurre.

Mon p’tit trèfle à quatre feuilles,
Donne-moi donc ton portefeuille.
Pas besoin de patte de lapin,
Si j’te mets vite au tapin.

J’prendrais pas de fer à cheval,
Juste une ou deux paires de mandales.
J’suis pas vraiment superstitieux,
Juste un mac bien consciencieux.

J’vais pas me laisser faire sale mec,
Et je garde mes amulettes avec.
Dessus la belle poupée vaudou,
J’vais lui faire des jolis trous.

Tiens ! Une aiguille dans le cou,
Et une autre dans les genoux.
J’ai pas d’chance dit l’animal,
Voilà que j’ai vraiment très mal.

Prends l’œil d’Osiris, la main de fatma,
Ça sera peut-être bon pour toi…
Mais en cachette, sur la poupée,
C’est le cœur que j’ai visé !

J’y croyais pas tellement pourtant,
Mais je constate à présent,
Un infarctus c’est très courant,
Quand on vit comme un fainéant !