J'ai perdu l'habitude du souvenir
C'est pourquoi la feuille à tout à me dire.
 
Sur l'histoire singulière que la vie a tissé
Dans les moindres détails où elle s'est posée.
 
Quand le pas se fait doux dans les allées
Où chantent les couleurs de ce qui va passer.
 
Du bout de sa branche, juste avant de tomber,
Elle retient l'élan qui la porte à mes pieds.
 
Son parfum se fait tendre et vient m'apprivoiser
Et doucement se froisse en tourbillons légers.
 
Il est de ces instants emplis d'éternité
Sur les ailes du temps, l'esprit est déployé.