Ce n’est pas un vélo c’est un tapis volant
Ce n’est pas un bateau c’est un éléphant blanc
J’étais parti matin au pied du monde et de la terre
Avant l’aurore
Pieds nus
J’allais savourer son éveil
J’étais sur la colline
Sur le village
Debout
En aller
En vélo
En chemin
J’attendais
Il y eu comme un éclat
Me suis penché pour voir
Tendu le cou
Très loin
Touchant le bord
De l’horizon
Pour voir
Sur la bordure du monde
Ces couleurs
Ô, Ciel !
Ca m’a fait vaciller
Et zut
J’ai renversé le pot d’aurore
La brume rose
Ses rayons d’or
Et ses raies orangées
Ca en a mis partout
Sur l’horizon
Sur le village
Sur mon vélo
Sur moi
Et depuis
Sur ma pauvre bicyclette
Ces gouttes d’aurore à deux roues