Ayant un programme très chargé, il se lève, ce matin-là, bien plus tôt que d’habitude. Au menu de la journée plusieurs rendez-vous qu’il a dû avancer à cause de cette fichue visite médicale annuelle.



Après une douche rapide, il revient dans la chambre à coucher. Sa compagne dort encore et il n’a vraiment pas le cœur à la réveiller. À tâtons dans le noir, évitant la grande psyché articulée sur son châssis Art déco, il se dirige silencieusement vers la commode et entrouvre lentement les tiroirs. Il en sort un slip et une paire de chaussettes légères. La fin de l’habillage se passera dans le couloir où il récupère, costard, chemise et cravate dans la grande penderie.



La matinée est maintenant bien avancée et c’est l’heure pour lui de rejoindre l’infirmerie, le staff médical l’attend.



Après s’être déshabillé dans la petite cabine, il se dirige, en slip et en chaussettes, vers la salle où l’attendent le médecin de l’entreprise et ses deux assistantes. Le « Bonjour Monsieur » des infirmières s’étouffe dans un étranglement. Elles se regardent, gênées alors que le doc sourit béatement.



Un rapide coup d’œil sur lui-même et il comprend subitement. Son sang se glace. Tain !!!  jure-t-il. Ma réputation est faite !



L’histoire va courir comme une trainée de poudre dans toute la compagnie et ses collaborateurs, comme ses collègues des autres établissements vont pouvoir le chambrer.



Ce matin, en s’habillant dans le noir, il s’est trompé de tiroir. S’il avait pu se regarder dans le miroir comme il le fait habituellement ce ne serait certainement pas arrivé. Le slip qu’il a enfilé n’était pas le sien, il a pris une petite culotte affriolante, en tulle brodé et dentelle. La honte !