L'autre jour, j'avais le baladeur sur les oreilles en balade, j'écoutais une ballade. Je m'baladais dans la rue, je ne savais pas quelle heure il était. J'avais perdu ma montre. Après beaucoup de problèmes cardiaque, j'avais le coeur ouvert à l'inconnu. Fier d'être là, je me sentais plus vivant, j'avais envie de dire bonjour à n'importe qui. Pourtant, j'ai toujours été réservé, à qui, je ne sais pas, à n'importe qui et ce fut toi. D'ailleurs, je ne savais pas quoi dire, mes mots avaient du mal à sortir, alors, je t'ai dit n'importe quoi. Je ne connaissais pas la force de la communication, il suffisait pour te parler, pour t'apprivoiser. Je ne vous ai pas dit ou j'étais, je me promenais à Paris ce jour là, au Champ-de-Mars, ah non d'ailleurs c'était aux Champs-Elysées. Il y avait du soleil, ou sous la pluie, peut-être à midi ou minuit, je vous l'ai dit j'avais perdu ma montre. Il y avait des vendeurs à la sauvette, des tours Eiffel, du parfum, des sacs, il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées. Toi, l'infirmiere, tu m'as dit " j'ai rendez vous dans un sous-sol avec des fous. Ils se prennent tous pour Hendrix, ils vivent la guitare à la main, du soir au matin". Alors comme je ne savais pas quoi faire et plutôt curieux, je t'ai accompagnée. On s'est retrouvé dans un karaoké, on a chanté puis en boîte, on a dansé. Je ne devais pas être dans mon état normal, on n'a même pas pensé à s'embrasser. Je commencais à être ivre, on était où déjà, ah oui, aux Champs-Elysées. Au soleil, sous la pluie, à midi à minuit, j'avais toujours pas de montre. Au sous-sol, il y avait, du shitt, de l'exta, de la dure, il ya tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées. Enfin ce n'est  pas moi qui le dis, c'est la ballade de Joe.