Si je pouvais remonter le temps, récupérer les minutes, rattraper les heures. Si je pouvais explorer les siècles et les années … que ferai-je ?

 

Irais-je me promener le long du chemin de Saint Jacques, pérégrine parmi d’autres, voir ces visages burinés par le froid, le vent ou le soleil mais portés par une foi sans pareille ?

Irais-je me mêler à la foule heureuse et enthousiaste au pied de ce mur berlinois qui s’effondre, écouter Mstislav Rostropovich et son violoncelle ?

Irais-je jeter un œil au dessus de l’épaule de Chrétien de Troyes composant Le chevalier de la charrette, regarder ses expressions, le voir hésiter sur les rimes et les mots ?

Irais-je contempler ces tribus amérindiennes sur leurs territoires, encore maîtres de leur destin, maitre de leurs croyances ?

Irais-je naviguer sur le Nil pour remplir mes yeux de la splendeur pharaonique, caresser les chats sacrés et peindre mon regard de khôl ?

Irais-je écouter les seins nus et le regard flou Joan Baez lors d’un festival mythique près de Bethel ?

Irais-je me pavaner les cheveux courts dans ces années folles, pantalons larges, cigarettes au bec et alcool fort à la main ?

Irais-je …

 

Je ne sais pas …

 

Peut être souhaiterais-je juste me retrouver dans cette voiture, à l’abri dans ce parking, loin de la fureur du monde, lorsqu’il m’a dit pour la première, les larmes aux yeux, qu’il m’aimait.