Remonter le temps ?

Quelle drôle d'idée !

Je pense faire partie d'une génération à nulle autre pareille : dans ma jeunesse, on livrait encore le charbon en charrettes attelées à des chevaux faméliques copieusement injuriés et battus par des charretiers au langage idoine. Aujourd'hui, on vous livre l'énergie par câble, assortie de factures aussi hermétiques que ruineuses : quel progrès  !

Sans rire : pourquoi voudrais-je vivre une autre vie que celle que j'ai vécue ?

Quand je suis né, en dehors de la théorie de la relativité restreinte, un honnête homme pouvait encore espérer (presque) tout comprendre des choses de son temps. Aujourd'hui, pour vous soigner un furoncle, on mobilise une équipe interdisciplinaire (si vous pouvez la payer) : quelle évolution, quel progrès !

Où voudriez-vous que je trouve dans le passé une époque aussi passionnante et riche que celle que j'ai vécue ?

Bien sûr, cette aventure exaltante ne nous a pas menés aux paradis attendus, naturels ou artificiels. Et si le monde d'aujourd'hui en arrive sans doute à me faire regretter celui d'hier, le voyage lui-même valait bien d'être vécu.

Donc, je persiste et signe : le passé ? Non, merci !

Ou alors, remonter jusqu'à l'origine des temps et étouffer dans l'œuf l'explosion primordiale, ce vague frémissement du vide quantique.

Ne pas être et...

Hop ! Plus de questions !