Au fond de l’encrier

Patientent les possibles,

Les questions que l’on se tait,

L’imaginaire qui nous peuple.

Du fond de l’encrier

Peuvent naitre des larmes

Ou des fleurs,

Des libellules, des paysages.

Au fond de l’encrier

Il y a l’ancre de nos mondes,

Et puis il y a ce qui tremble

Comme feuille d’automne.