- Le Domaine est maudit - lui avait dit l'aubergiste, en se signant.

Trente ans qu'elle n'était pas revenue. Trente ans déjà, depuis …

Instinctivement ses pas l'avaient guidée vers la sortie du village et sans hésiter elle avait retrouvé le chemin envahi par les hautes herbes. La grille du Domaine était toujours là, cassée, grinçante, mangée par la rouille, étouffée par la végétation.

En pénétrant dans le parc tout lui était revenu … l'odeur de l'herbe coupée chauffée par le soleil, le parfum des lilas, la musique, les amis sur la terrasse, la lumière du jour finissant, Claire promenant sa petite poupée Céleste près de le fontaine et courant sur la vaste pelouse.

Quelques heures plus tard les cris avaient déchiré la nuit.

S'en étaient suivies des heures d'angoisse à chercher, appeler, crier, en vain.

Au petit matin, on avait retrouvé Claire, étranglée, poignardée et sauvagement mutilée. Son cadavre , petit pantin désarticulé, gisait ensanglanté sur la margelle du bassin. La poupée, elle, avait disparu.Le doute, la suspicion s 'étaient installés semant le déchirement et la haine.

Trente ans après la nature avait repris ses droits. Plus d'allées, plus de fleurs odorantes, d'arbustes bien taillés, le parc à l'abandon n'était que broussailles, arbres déracinés et ronces qui griffaient le visage. Aux abords de la maison, la peur et le froid l'avaient saisie. Tremblante elle s'était approchée jusqu'au bassin, s'était penchée … Claire la regardait et dans un souffle frais et léger sa petite voix d'enfant lui murmurait - Céleste, Céleste - ...

Inquiets de ne pas la voir revenir, les villageois avaient donné l'alerte ...

Son corps avait été découvert deux jours plus tard, attaché à la grille du Domaine  - maudit j'vous l'dis, moi –  Posée près d'elle, une petite poupée ensanglantée souriait … on avait retrouvé Céleste ...