61948236_1_

C’était un lit de verdure,
Nous y allions dormir.
C’était un champ de verdure,
Nous y allions courir.
C’était un nid de verdure,
Idéal pour nous y blottir…

C’était un écrin de verdure,
Avec, en guise d’entrée,
Un vieux portail rouillé.
Tour à tour, au fil des ans,
Nous y avions déposé
Nos joies et nos chagrins d’enfants,
Nos jeux de gendarmes et de brigands,
Et nos premiers émois, une fois adolescents.

Mais un jour, il a fallu se réveiller,
Nos pas ont ralenti et nous avons marché,
Ce merveilleux refuge, il a fallu quitter.
Nous avions grandi, l’innocence envolée.
Pourtant dans nos vies d’adultes,
Nous n’avons fait que revisiter
Tout ce que dans notre jeune âge,
Nous avions déjà joué.
Le travail, le mariage et aussi les bébés…
Les chagrins, les bonheurs,
L’amour et l’amitié…

Parfois cependant, dans nos songes,
Il nous arrive de retourner…
Dans notre lit de verdure,
Pour y dormir.
Dans notre champ de verdure,
Pour y courir.
Dans notre nid de verdure
Pour nous y blottir.

Mais en réalité, pas de retour possible,
Car notre coin d’enfance a disparu …
Dans un bruit de tonnerre,
Des bulldozers sont venus,
Casser le lit, détruire le nid,
Et mettre la terre à nu…
Et à la place de ce paradis perdu,
Une zone artisanale, ils ont construit dessus !

C’était un lit de verdure,
On pouvait y dormir.
C’était un champ de verdure,
On pouvait y courir.
C’était un nid de verdure,
On pouvait s’y blottir…

… Désormais il n’existe plus,
Que dans nos souvenirs !...