Lorsque j’étais tout petit, mes parents ont instillé dans mon esprit l’idée que les enfants étaient fabriqués par une machine.
Je m’étais pris à cauchemarder provenir de morceaux de viandes qui étaient introduites dans un hachoir, comme chez le boucher, puis mis en forme de bras, jambes …etc. comme pour les saucisses, saucisson et autres charcuteries. Un système de tuyauteries complexe, assemblait le tout et apportait le sang…

J’ai eu des versions différentes de la part de petits camarades (enfants achetés au bazar à 100 francs ou sur la catalogue de la redoute …) toutes les versions ramenaient à une certaine marchandisation de l’individu qui de toute façon me dégoûtait.

 

J’ai toujours pensé que les délires humains étaient affreux par rapport à la réalité toute nue de la vie et de la mort …Quoi de plus beau que de provenir d’autres être vivants, ses parents, eux-mêmes provenant fondamentalement si l’on remonte aux origines de cellules vivantes, comme les autres animaux, les oiseaux, les fleurs, les arbres et toute la nature si belle. Quoi de plus beau que de transmettre, de son vivant par la voie sexuelle ou à sa mort en rendant nos cellules et toute la matière qui nous a été prêtée le temps d’une vie, notre vie.

 

Certains êtres humains imaginent des atrocités, le travail déshumanisé, l’exploitation, voir les camps de la mort industrielle …

 

Le matin en prenant le café près de mon poste de travail, je peux voir mes collègues arriver tour à tour sur le parking de l’usine. Notre lieu de travail, notre usine est une grosse machine dont nous sommes des rouages bien souvent grippés …

Et notre société est devenue une « machine à machines », devenue complètement folle !

 

Pour finir, je déteste absolument quand on appelle quelqu’un « machin » ou « machine ».
Cela me révulse.