- Bonjour madame.
- Bonjour docteur.
- Et pourquoi consultez-vous ?
- C’est pour une phobie.
- Très bien. Laquelle ?
- C’est pour une hippopotomonstrosesquipedaliophobie.
- Pardon ?
- Une hippopotomonstrosesquipedaliophobie.
- Ah bon ?
- Oui.
- Depuis longtemps ?
-  Oui.
-  Et pour cette …euh…
- Hippopotomonstrosesquipedaliophobie.
-  Oui…j’étais sur le point de le dire….quels sont vos symptômes ?
- Panique.
- Et…
- Je tremble.
- C’est tout ?
- Je ne dors plus.
- Ah ?
- Oui.
- Pourquoi ça ? Vous faites des cauchemars ?
- Oui.
- Et qu’est-ce qui se passe dans ces cauchemars ?
- Je cours.
- Pourquoi ? On vous poursuit ?
- Oui.
- Qui ?
- Eux.
- Qui eux ?
- Giscard d’Estaing.
- Oh ? Et qui d’autre ?
- Beaucoup d’autres, mais je ne sais pas qui c’est.
- Et ils vous menacent ?
- Oui.
- Comment ?
- Avec des mots !
- Avec des mots ?
- Oui, c’est horrible ! J’ai jeté  mon Grand Robert à la poubelle, je ne pouvais plus supporter de le voir.
- À cause d’Alain Rey ?
- Non, à cause de mon hippopotomonstrosesquipedaliophobie.
- Mais…si vous avez peur des hippopotames, quel rapport avec les dicos et Giscard d’Estaing ?
- Docteur…
- Oui ?
- Vous savez ce que c’est, n’est-ce pas ?
- Eum…non, pas vraiment.
- Mais quel escroc ! Je m’en vais !
- Soit, madame. Mais avant de partir, éclairez ma lanterne. C’est quoi votre phobie, au juste ?
- L’hippopotomonstrosesquipedaliophobie, monsieur, est la peur des mots trop longs !