Dans la nature rien ne frappe plus vite qu’un serpent.

Le mouvement est rapide au point d’être impossible à observer.

J’ai donc fait un serment à vie de me maintenir éloigné de tout ce qui est dangereux.

J’ai donc annulé mes conférences en centre Afrique, en Guyane et dans toute l’Asie.

Ainsi j’ai évité l’étranglement par un python royal ou l’attaque par surprise d’un serpent tigre.

Au début j’ai fait de gros efforts dans les parcs zoologiques, car j’ai la peur facile .

On dit que les anacondas fréquentent les grandes surfaces.

J’ai donc mis sur ma liste noire les Carrefour, Inter et Super U.

Ils aiment paraît-il les zones humides.

J’ai éliminé les sorties en lisière de forêt et j’évite les marais.

On dit qu’un serpent malade est souvent de mauvais poil. Je change de trottoir quand je croise une blouse blanche.

C’est quand j’ai su que les serpents avaient une sainte horreur de l’odeur de l’alcool que j’ai pris la ferme et définitive décision de me mettre à boire.

Cognac, whisky, gin fees tout y passe !!!

D’ailleurs je pense que tout homme raisonnable devrait commencer sa journée de bon pied un verre de liqueur à la main.