29 janvier 2011

Solitude (MAP)

DSCF8587Fenêtre close.
Vitres reflétant un ciel gris.   
Silence ….
Tiens, les rideaux  ont bougé !
Une main, en tremblant, peine à les écarter.
Solitude, vieillesse, peur …
Qui verra cet appel ?
Qui devinera cette angoisse ?
……………………………
Les rideaux n’ont pas même frémi
au dernier souffle expiré !
……………………………..
Demain les volets seront fermés …

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


Mais demain elle ne sera plus là... (The Unknown)

Enfin du boulot, enfin un taf, enfin un chez moi, plus besoin de squater chez mes vieux, enfin libre, pouvoir me pieuter à l’heure que je veux, voir qui je veux et surtout plus eux, plus leur visages résignés, écouter la zik à donf, plus besoin de casque, plus les entendre se plaindre, mal par ci, mal par là, les tamalous, enfin.

Trois mois que j’ai trouvé cette place, six mois sans rien du tout avant ça, même pas un intérim, que dalle, chier, mais là ça y est, c’est la bonne cette fois, un CDI, un putain de contrat à durée indéterminée, je l’ai, il est signé, période d’essai de mon cul, j’y suis arrivé, mon appart, ma piaule, ma chambre, au fond de la cour, noire, tous les matins quand je rentre, enfin.

Une douche, ça pue dans cette boîte, une boîte de raviolis, l’odeur de la mort, je vais tous les niquer ce matin, l’abattoir, ah le réseau, je me demande si on pue comme ça quand on crève, Enemy Territory ouais, pas sûr, je vais les mettre minables avec mon nouveau flingue, deux heures du mat, vive le travail d’équipe, m’en fout, moins de monde, plus rapide, enfin.

Le réveil, mardi, les carcasses, mercredi, on dirait que ça pue moins aujourd’hui, jeudi, nan en fait, vendredi, ce soir je les mets minables, dimanche, la nuit de folie, le porche, pourquoi elle a pas voulu, la cour sans ombres, dort jamais la vieille, toujours allumé sa fenêtre quand je rentre, ça pue, merde j’ai ramené l’odeur avec moi, pour ça qu’elle a pas voulu, une douche, vivement samedi, enfin.

A la bourre, pas sonné, va encore gueuler, vivement une heure, mince ça chlingue encore ici, pas moi, toujours allumé, pas claire celle-là, m’en fout après tout, pas mes oignons, bien assez de l’autre con qui gueule sans arrêt, plus vite, il a qu’à le prendre le couteau lui, samedi sûr je la ramène, le bus, ce soir j’aurai ma revanche, enfin.

Crevé, quelle journée de ouf, mon arrêt, dès que je peux je me tire de ce taf, quel con, le porche, une douche mon Ronron et au pieu, la cour sans vie, la fenêtre éclairée, cette odeur, elle est space la vioc, on y voit rien avec ces rideaux, elle joue peut-être à Enemy Territory, délire, enfin.

Téléphone, mercredi, au moins lui il sonne, jeudi, un virgule six pourcent super, jeudi, ça c’est de l’augmentation, vive le SMIC, vendredi, y a pire comme boulot au fond, demain Carrouf, samedi, c’est quoi ce Bronx, pompiers, pas assez dormi, les flics, quoi, moi, la vieille, non, des chèques à moi dans sa boîte, ouais mon loyer tous les mois, quoi, morte, un mois.

Dimanche, dormi seul, le bus, chiant elle a dit, le porche, fais la tronche toute la soirée, la cour sans vie, rien à foutre, la fenêtre, la lumière, éteinte, enfin, allo, Maman, ouais c’est moi, moi aussi, pas eu le temps, pas grave, non, je peux venir manger avec vous ce midi, a tout à l’heure, Maman, je t’aime.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Feu n’être (Vanina)

La fenêtre est fermée. Je la devine derrière ces volets clos aux planches désunies.
La vigne vierge a repris ses droits sur les murs de pierres, épais. Elle dévore tout sur son passage pour périr, fanée, un peu plus loin.
La vie semble en suspens. Le silence s’impose.
Même le soleil s’est absenté.
J’imagine une veillée, autour d’un lit, dans une pièce sombre, une femme en noir que le chagrin accable… Et puis, pas d’héritier ou des héritiers qui ne s’accordent pas.
Sur la place du château, la fragile maison se meurt.
Je l’imagine dans quelques années, ruine offerte, sans plus de toit, de volets ou de fenêtres, racontant son histoire aux quatre vents : qui saura l’entendre ?

Sous mon grand voile qui me sert de linceul, je suis cette maison délabrée, aux fenêtres fermées, aux volets clos, que le silence isole…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Arizona (Walrus)

Il ne marchait que la nuit.
Le jour, il se protégeait tant bien que mal de la morsure du soleil.
Pour la chaleur, étouffante, il n'y avait rien à faire.
De toute façon, la lumière n'apparaissait que la nuit tombée.
Le jour, il n'y avait rien d'autre à voir que ce maudit sable.
Trois nuits déjà qu'il l'avait aperçue.
Et l'eau touchait à sa fin !
Et cette lumière qui semblait s'éloigner à mesure qu'il tentait de s'en rapprocher.
Quoique cette nuit, à bien regarder...
Oui, elle grandissait, lentement.
Il touchait au but.
Il allait y arriver !
Autour du halo lumineux, une forme noire sur le fond bleu de la nuit...
Un bâtiment !
Une ampoule au bout de son applique murale !
Derrière elle, le reflet d'une vitre : une fenêtre !
Il était sauvé !
Malgré l'épuisement, il hâta le pas...
En vérité, il se traînait.
Alors, il vit : les murs lézardés et, par la fenêtre, le toit effondré, le sable accumulé par le vent.
Alors, il prit conscience du bruit : comme un grincement, régulier, lancinant ...
Une éolienne !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

La tirade de la fenêtre (l'ai je bien tirée?) (Vegas sur sarthe)

Bavard
Suis-je si ennuyeux qu'aux corneilles elle baille?
je ne peux la fermer, j'aime bien trop ma gouaille

Brutal
C'est l'affaire des gros bras, qui l'a clos la clora
et malheur aux vieux gonds si elle ne clôt pas

Inflexible
Son air de chien-assis ne saurait m'amadouer
il me faut sur le champ la faire condamner.

Pingre
Celle-ci ouvre dans un quartier si radin
que même grand ouvert elle donne sur rien

Lubrique
Un voyeur m'a confié à l'abri des vantaux
qu'elle aurait un châssis à grimper aux rideaux

Amoureux
La belle est embuée, je l'ai eue à l'usure
et par de grands soupirs enflammé l'embrasure

Gaspilleur
J'aime par dessus tout jeter par les fenêtres
pour moi, dilapider c'est ma vie mon bien-être

Plagieur
S'il avait fait moins froid j'y aurais mis le nez
oublions Cyrano, closons, c'est terminé.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


A travers les fenêtres (Sebarjo)

A travers les fenêtres


Fen_tre_1_html_7b635ca4

 


A travers les fenêtres des bâtiments historiques formant l’antre centrale de Paris, notre regard se voile de formes géométriques inhabituelles. Dans les recoins insolites de ces lieux touristiques, se cachant au grand public dans la pénombre, les ouvertures sont des meurtrières pacifiques s’ouvrant sur le monde. Parfois, un œil de bœuf toutFen_tre_2_html_59ab0ed1 rond donne la vision sphérique de notre terre, agrandissant comme une loupe le détail d’une de ses particules architecturales. Ce cercle se trouve alors tramé d’une croix grise et poussiéreuse, dessinant ainsi quatre hémisphères égaux. Certaines de ces fenêtres au faîte courbe, se projettent vers le ciel grâce à leur tête d’ogive. En clair-obscur, la façade qui se dresse devant nous est masquée par une arbalète fictive. D’autres, parce qu’elles sont gigantesques, nous font baisser en arrière le crâne et lever haut le front. Elles se décomposent en petits carreaux et ressemblent aux quadrillages des papiers scolaires ou aux pixels grossis d'un fragment numérique. Nous pouvons tomber aussi, nez à nez avec des sortes de hublots sertis de grilles forgées interdisant l’accès vers des mondes troubles qui s’enfoncent jusque dans les entrailles maléfiques de la croûte terrestre. Et sur le sol, d’autres cercles nébuleux et opaques semblent celer des passages secrets et occultes.



Fen_tre_3_html_m66da7d46



Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

DERRIERE LA FENETRE (Lorraine)

La porte est fermée, la fenêtre ouverte

Juste assez pour voir dedans la maison

Mais le soir descend et son ombre verte

Embrume les meubles et j’ai un frisson

Y a-t-il quelqu’un ? Je ne vois personne

Ou peut-être un homme au fond du fauteuil ?

Je frappe au carreau et sur la console

On dirait un chat qui n’aurait qu’un œil

J’appelle à mi-voix, on reste immobile

Est-ce vous, Germain ? J’ai peur tout à coup

Le bois est tout près dans ce coin tranquille

Et ce cri soudain, serait-ce un hibou ?

Si Germain se tait c’est qu’il est malade

Prenant mon élan je grimpe à mi-corps

Il me connaît bien, je viens en balade

Dites-moi, Germain…Mais Germain est mort !

Depuis ce jour-là, devant sa fenêtre

Je passe en fermant les yeux sur l’oubli

Pauvre ami Germain ! Il m‘aimait peut-être

Je n’en ai rien su. Je l’aimais aussi…

Posté par MAPNANCY à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

Défi 134 (rsylvie)

Dans un élan de colère, il regarde le réveil, 4heure 33 du matin, sors de la chambre, le pantalon à peine remonté. L’encolure d’un pullover enfilé à la hâte, l’empêche de voir le tabouret au milieu de la pièce.

-« Nom de ….. », grommèle-Williams en se retenant à la commode, d’une main fébrile.

Parfaitement réveillé du choc contre son tibia encore fragile, de la bataille pour reconquérir l’ile de la cité, il poursuit sa course vers la sortie sans se retourner. Comme s’il avait le diable à ses trousses, il s’enfuit dans la pénombre de la ville en sommeil.

Le souffle court, les cheveux en bataille, il transpire mais ne s’arrête pas. Tant qu’il n’aura pas atteint le couvent il n’aura pas de répit.

« C’est le signal», pense-t-il accélérant le pas inconsciemment.

« Tout peut arriver… mais je suis prêt » !

Nous sommes en l’an de grâce 1102, vers le milieu du mois de mai. Les Païens se réunissent en corps d'armée avec ordre de n'épargner aucun Chrétiens. Ils sont au nombre de vingt mille cavaliers et dix mille hommes de pied, sans compter les conducteurs des bêtes de somme, qui, tout en faisant marcher devant eux les bœufs  et les ânes chargés de vivres, portent chacun dans leurs mains des massues pour combattre au besoin. Les Païens, ont formé le projet d'enlever, avec toute sa suite, l'évêque de la ville de Paris, qui demeure à quelque distance de-là. Et avec lui, les saintes reliques du couvent de Notre Dame. 

… « Et puis cette cloche qui sonne toujours ».

Williams sans se retourner, continue sa progression vers le couvent dont la silhouette se dresse à l’horizon.  Au travers de l’agitation grandissante qui semble envahir ce lieu de silence et de prières, Il entre par une porte dérobée et se dirige vers le cloitre.

Mon fils, dieu m’en est témoin, je sais le moment mal choisi pour vous sermonner de la sorte, mais il faudra un jour que nous parlions de ces escapades nocturnes ».

Je suis fait, pense notre cavaleur, qui se retourne respectueusement avant de s’agenouiller devant le père supérieur Pierre-Yves Donnadieu, dont une barbe blanche mal rasée d’un réveil mouvementé, trahit les bouleversements d’une vie consacrée à la méditation.

Cessez-là ces faux-semblants, et venez plutôt que je vous expose la situation ».

…Un certain jour donc, les Païens avançant méchamment vers le monastère, le cernent.  Mais après avoir bien examiné la force de ce lieu fortifié, ils s’en retournent sous les murs de la dite cité, et allument de grands brasiers. L'évêque qui voit flammes et  fumées autour de l’ile de la cité, craint de se voir bientôt assiégé par eux. Prenant ses précautions contre le péril futur, il dépêche sur-le-champ un messager vers le roi, et lui demande de venir en toute hâte le secourir.

-« Ils sont revenus ? » demande Williams.

-« oui ! MAIS cette fois, plus nombreux et beaucoup mieux armés ! Faites attention à vous mon fils ».

Dans un élan du cœur, Williams serre fort la main qui s’offre à lui. Un clin d’œil vers celui qui l’envoie quérir la paix divine. Un dernier regard au travers de la petite fenêtre du cloitre par laquelle irradie la magnificence du ciel en feu alors que pointe le jour, et Williams franchit le seuil du monastère.


Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses …… que… Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie..... -Charles Baudelaire-

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Consigne #134 (Pat)

« Soyez très prudent, mon cher Sancho, nos adversaires sont dangereux et très déterminés, ne prenez pas de risques inutiles et n’hésitez pas à appeler du renfort en cas de besoin, prenez garde à ne pas être suivi, nous nous retrouverons de l’autre côté du ruisseau à la tombée de la nuit »

Je suis Pablo Pendergast, inspecteur du bureau fédéral d’investigations félines, nous planquons depuis 3 jours déjà dans le salon de Tante Irène, qui ne se doute pas que Fifi, le pit-bull du voisin est à la tête d’une secte vaudoue pratiquant le sacrifice des chatons pour invoquer leurs dieux sanglants. Tante Irène aimerait me voir sortir par ce beau temps, elle essaie de me distraire avec une petite balle et des biscuits. Mais ne croyez pas que tante Irène ait été achetée par la secte, dont elle ignore tout, simplement, elle ne sait rien de ma vie secrète, elle croit que Sancho est mon compagnon de jeu simplement, alors qu’il est mon coéquipier et accessoirement lieutenant du secteur félin du NYPD. Nous avons déjà élucidé de nombreux mystères qui échappent totalement à nos amis humains, qui ne se doutent pas que la criminalité touche aussi les animaux… et tout particulièrement les chiens, qui sont des créatures souvent dangereuses.

Donc, comme je vous le disais, avec mon ami et complice le lieutenant Sancho d’Agosta, nous sommes sur la piste d’une secte vaudoue. Nous avons collecté des renseignements sur la disparition mystérieuse de nombreux chatons et toutes les pistes nous mènent à la grange délabrée de notre voisin où plus personne ne va, sinon le terrible Fifi et ses amis.

Ce soir, ce sera la pleine lune, jour de célébration de cette maudite secte. Nous devons les arrêter à temps sans quoi de pauvres chatons innocents seront encore sacrifiés.

Je vous laisse, je dois m’assurer que le dispositif est en place et que mes chats sont prêts à intervenir. Ma troupe est composée en partie de jeunes intrépides, peu disposés à écouter les consignes de sécurité, je dois aller les briefer pour éviter un bain de sang, de notre sang du moins…

Contrairement à ce que croit Tante Irène, je ne fais pas que dormir et rêvasser, la vie d’un inspecteur du FBI n’est pas une sinécure, mais une suite d’aventures palpitantes.

Dommage que je ne puisse pas partager ma vie secrète avec elle, ça la changerait de ses polars habituels. C’est quand même le comble pour une lectrice de polar, non ? Partager sa vie avec un inspecteur du FBI et un lieutenant du NYPD et ne pas le savoir !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

derrière la fenêtre mi close (Tendreman Spice)

" derrière la fenêtre mi close ....une autre vie possible "

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :