Galanterie (en femmage à Poupoune)

C’est vraiment la foule dans l’abattoir !

Mon unique cadavre sous le bras, je me colle en bout de file.

L’horrifiante vieille assassine qui me précède pousse à grand peine un chariot surchargé.

Se tournant vers moi, elle déclare : « Passez donc devant moi, vous n’avez qu’un … »

A quoi je rétorque : « Chère Madame, si  j’avais voulu me trouver devant vous, je vous aurais fait la peau plus tôt ! » Et puis…

Sa tête ! J’en ai encore des remords …