Mon trésor à moi, c’est mon fond d’écran

 

    Je le charge à volonté

Tantôt j’y positionne des visages aimés

Tantôt j’y installe de doux paysages

    Je n’ai ni priorité ni exclusivité

Tantôt ça sent le siècle passé

Tantôt c’était hier ou avant-hier

    Je ne me soucie pas de chronologie

Tantôt je garde l’image et m’y installe un moment

Tantôt je la bascule rapidement

    Je n’ai pas de rythme établi

Souvent je souris

Je pars en voyage dans le train des souvenirs ou dans la barque des rêves

    Je n’ai rien défini

Je suis riche de mille et une images, qui me parlent, me promènent, me rassurent, me questionnent

 

Mon trésor à moi c’est mon fond d’écran

 

C’est un écrin au fond de mes yeux