prostitution_h192

source : http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2007/10/01/prostitution_h192.jpg

Roucoule, racole...

Dans ce ciel irisé d'or ou de pics d'ozone

Alouette, tu pars, le gosier tout gonflé

De rire et de terreur, nue comme l'Amazone

Qui trahie par la Ville exhibe aux mal-famés

De jeunes mélodies

Pour un peu de sursis

De farouches épaules

Pour échanger son rôle

Et tu vas saluer le jour renouvelé

Après ta nuit de rouille au bord de gros trapus

Dans le matin froissé comme un espoir gâté

Et d'une aile sans phare on te jette à la rue

De jeunes mélodies

Pour un peu de sursis

De farouches épaules

Pour échanger ton rôle