25 septembre 2010

Défi # 117

C'est Papistache qui nous propose cette semaine ce nouveau défi :

Merci à lui de nous avoir laissé puiser dans son sac à idées ...

La situation :
17 heures ; une chambre ; au centre, un grand lit ; sur ce lit, un couple.

La narration :
Pas un seul verbe, ni à l’infinitif, ni conjugué.
Des participes passés employés comme adjectifs ? Oui, pas trop.

Quoi d’autre ?
Vous, votre plume, votre univers, votre patte... ou alors l’occasion d’un changement radical d’ambiance et de style...

Mais encore ?

***

Voilà, voilà !!! Nous attendons avec curiosité vos réponses à l'adresse habituelle :

samedidefi@hotmail.fr

Posté par MAPNANCY à 17:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


L’illustre fable (Vanina)

vanina116

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Violette qu'a pas su parler avec l'oiseau en même temps que les autres‏ (Violette)

" Pas fer ça"


- "t'as vu à quoi tu ressembles!!"
Son père disait : elle a des cannes épaisses comme mon serin qu'est mort de faim dans sa cage.
- "mais moi j'suis pas dans une cage.......
- c'est c'que tu crois
- J'me sens bien
- Tu t'sens bien?
- Oui ça m'fait du bien...
- ça te fait du bien de te faire mal?
- Je m'fais pas mal
- T as trop perdu là, tu es en danger
- Tu diras rien à ma mère?
- Qui prendra soin de toi?
- Pas elle
- Je ne peux pas me taire..."
Elle s'est mise à pleurer, je l'ai prise dans ma bras, je devais pas "fer" ça.......

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Défi 116 (32Octobre)

32_1
32_2

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


Nettoyage de printemps (Suite du défi #114) (Jo Centrifuge)

Cramponné aux tige métalliques qui couraient jusqu'à la tête de la statue, Frère Paul ne pouvait plus faire un mouvement. Ses muscles tétanisés luttaient contre les rafales de vent qui semblait vouloir le pousser dans le vide. Il avait « tilté », encéphalo plat, seulement trois neurones en état de marche : l'un pour maintenir ses yeux fermés, un autre pour serrer les mâchoires, et le dernier, en mode repeat, pour chouiner « mais qu'est-ce que je fous làaa!... »

Cling !

Un bruit métallique lui rendit un semblant d'activité cérébrale. Un héron en feraille fait, entre autres quincailleries, d'une pelle et d'une scie, venait de se poser en face de lui sur un bras de la statue. Paul s'étonna :

-Merde c'est quoi ça !

Clong !

Bizarrement, le héron était doté de parole :

-Je vous en prie mon vieux, n'allez pas faire de remarques sur mon aspect. Ce serait plutôt à moi de m'étonner.de vôtre présence ici. Vous aimez les défis hein ? Adepte des sports extrêmes, c'est ça ?

-Mais pas du tout ! s'emporta Paul. Tu vois pas que je crève de trouille, maudit bricolage ? J'suis bloqué ici, aides moi à descendre !

Clung !

-Po po poo ! Je suis un héron, je n'ai pas de bras moi. 'Va falloir vous débrouiller tout seul mon petit bonhomme.

Paul désespérait

-Mais c'est pas possible ! 'Faut m'aider là ! Les seules acrobaties que j'ai jamais osé datent de quand j'étais môme.

Clang !

-Laissez moi deviner. C'était lorsque vous appreniez à faire du vélo sans les petites roues. Vous aviez tellement envie d'y arriver. Alors cent fois vous êtes tombé jusqu'à vous écorcher coudes et genoux.

Paul eut le coeur gros à l'évocation de son jeune temps.

Clong !

-Excusez-moi de vous le dire mais vous n'avez vraiment pas le profile d'un moine, remarqua le héron. Je me trompe?

Paul ricana :

-Tu es dans les ressources humaines, le bricolage?

Cling !

-Mmph ! Je vais faire comme si je n'avais rien entendu ! Ah mais je sais ! Amour déçu, pas vrai ?

-Bingo, tête de scie! fit Paul, plus mauvais que jamais. Ici au moins, je ne souffre plus. Ca te poses un problème?

Clang !

-Oh je disais ça, c'était histoire de passer le temps. Vous savez, une scie ça peut être très utile. A couper une branche morte par exemple...

Paul explosa :

-Putain mais tu veux quoi ? Et t'es quoi d'abord ?

Cling !

-Mais je suis toi, Paul...

-Moi ? Mais... la pelle ?

Clung !

-Ta mémoire.

-Et... la scie ?

Cloung !

-Ton avenir.

Et le héron disparut, laissant Paul abasourdi en haut de sa statue.

Clang !

Clong !

Clung !

Au gré des rafales de vent, le bidon de Mirror dans sa poche tapait sur la statue.

 

N'allez pas croire que cette révélation décida Paul à quitter son perchoir par ses propres moyens. Il fallut pour cela l'intervention d'une équipe spécialisée de sapeurs pompiers et le renfort d'un psychologue du SAMU. Mais quelques jours plus tard, il se défroqua et parti du monastère au petit matin, bien décidé à vivre à nouveau.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Mise en garde (Tilu)

Scie tu fais la tête et qu’ tu en pinces pour la bon’bière, tu s’ras bientôt… hé !.... rond comme un’ queue d’pelle ! … Hips !.... crois en ma longue expérience….

Signé : la scie grogne … hips…..


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Défi 116 : Héron héron… (Adrienne)

Je les entends rire dans mon dos, les petits couples venus se mettre au vert pour batifoler loin des regards indiscrets:

- Ah ! voilà mademoiselle Lelonbec !

Ils voudraient que je leur chante La Marche nuptiale, peut-être ? Ici, c’est pas les Joyeux Pinsonnets du dimanche !

- … au long bec emmanché d’un long cou !

Ça, ce sont les potaches qui veulent me faire croire qu’ils ont des lettres. Hahaha ! de lettres ils n’ont que les trois qui forment le mot sot !

Et je vous passe les « héron déplumé » ou autres joyeusetés… ah ! on peut le dire, les railleurs manquent sérieusement d’imagination et d’originalité !

Toujours ces mêmes rengaines selon l’âge des moqueurs… tenez, quand c’est les petits, voilà ce que ça donne :

- http://www.youtube.com/watch?v=bzcxrD8lc3Q&feature=related !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Le héron ne se marre pas tous les jours (Zigmund)

zig1





Ma Ginette,
   Comme tu peux le constater, je me suis mis au vert, mais je m'ennuie à mourir dans ce coin de campagne mayennaise.
   Tu en as de la chance d'avoir trouvé ce petit boulot au bord de la mer.
    Je bave d'envie en regardant la carte postale que tu m'as envoyée : surveiller le golfe du Morbihan du haut de la terrasse du restaurant " le petit chantier", c'est quand même plus fun que faire le pied de grue dans ce coin paumé…
   De plus, on raconte que Myriam, la patronne, est aux petits soins pour tout le monde, nul doute que tu dois être comme un coq en pâte.
(moi on me nourrit de nouilles !*)
   zig2 (**)

zig3Entre moi et la campagne, la mayennaise ne prend pas, trop de vert sans doute.
   Franchement, ce coin isolé ne casse pas trois pattes à un canard.
    Mes seules distractions ce sont les bagarres des quelques canards boiteux qui peuplent la mare voisine. Parfois,  j’ai droit aux réflexions des mômes mal élevés qui chantent en me voyant : « un canard, moi j’aime bien les canards »(et ignares  avec ça !) ; ou alors ce sont des adultes qui fredonnent finement « héron héron petit patapon ! ». 
    Ouf ! mon CDD se termine bientôt, et je vais enfin pouvoir te rejoindre. Si tu le souhaites, nous migrerons ensemble,avec quelques copains, mais avant de partir nous pourrions nous reposer sur l’ile de Berder(sous l’aile protectrice de la LPO) et survoler le golfe avant de revenir l’été prochain.

*et tout le monde sait que les nouilles ça ne casse pas trois pattes à un canard !
**cette image n’est pas de moi elle m’a été transmise par un ami  via internet j’en ignore la provenance.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

le défi du drôle d'oiseau (KatyL‏)

katyl2


-" Bonjour toi que fais tu là ?
    - je suis venu surveiller les enfants qui passent dans la forêt
    - des enfants qui passent , tu en as vu ?
    - oui vous deux  ...Cuicui !! les enfants , où allez vous d'un si bon pas?
    - oh ! un oiseau qui parle  dit le garçon, tu es en métal , et tu parles ?
    - oui je lui le phénix des hôtes de ces bois , oiseau fabuleux protecteur de la forêt, je détecte les enfants égarés c'est mon rôle...
    - ah bon! dis la petite fille, alors dis-nous comment on peut sortir du bois et aller vers une clairière, nous sommes perdus...
    - je vais vous conduire , mais il faut me promettre deux choses avant cela
    -oui oui dirent ils en cœur on te promet
    -la première chose est que vous n'allumerez aucun feu dans cette forêt, je dois vivre 500 ans
      et après je peux bruler, mais n'ayez pas peur, je vais revivre, je ne suis pas le phénix pour rien, j'ai déjà 2010 ans , j'ai survécu à plusieurs incendies, je suis né en même temps que Jésus Christ à Bethléem, j'étais là , j'ai tout vu, un roi mage m'avait pris sur son épaule pour m'offrir à ce petit Jésus,

    vous le connaissez demande t-il aux enfants ?
        -oui oui dirent -ils encore en cœur...peux tu nous dire la deuxième promesse?

    -non pas encore il faut écouter toute l'histoire
    -bon nous t'écoutons, qu'as tu fait avec le petit Jésus?
    - j'ai grandi avec lui, il m'a donné la faculté de parler , il faisait plein de miracles, quand j'avais faim même dans le désert, il sortait des poissons de son sac, j'avais toujours à manger,puis on rencontrait plein de monde, j'aimais beaucoup sa maman, douce souriante, et son papa le charpentier, il m'avait fait une super maison en bois rien que pour moi.....
      les deux gosses n'en croyaient pas leurs yeux et leurs oreilles, un oiseau qui parle et qui a connu Jésus, celui qui est mort sur la croix

    -dis donc l'oiseau , pourquoi Jésus est mort sur la croix?
    -à cette époque c'était monnaie courante les enfants, un voleur, un criminel, tous étaient crucifiés, mais Jésus lui il n'avait rien fait de mal, au contraire, il voulait que les gens soient gentils, sympa et partagent leurs biens, donnent aux pauvres, et surtout arrêtent de tuer  et de voler....
    - alors pourquoi ils l'ont tué??
    -en fait , ils voulaient continuer à s'entretuer , à voler les autres, a se battre .. et Jésus avec ses  bonnes paroles il commençait à agacer plus d'un, surtout que les gens , les voisins, les pauvres eux commençaient à l'aimer beaucoup et partout où il passait avec moi sur son épaule il me disait : " phénix surveille les enfants qu'il ne leur arrive rien, survole les environ et voit s'il n'y a pas de soldats dans le coin, car vois tu quand j'étais nouveau né
( c'est ma maman qui me l'a dit) un gars nommé Hérode à fait tuer tous les nouveaux nés, depuis je me méfie "... c'est comme ça que depuis je surveille les enfants égarés et qu'à chaque fois qu'un incendie de forêt me tue comme mes confrères les animaux, je revis toujours car Jésus m'a confié cette mission.

    - les gosses attendris embrassèrent le phénix... tu es un peu froid puisqu'en métal , mais on t'aime bien oiseau!
    - aussitôt l'oiseau en métal se transforma en vrai oiseau avec des plumes , un bec, des yeux....
      les enfants restèrent silencieux devant cette transformation...

    -quel est le deuxième point que l'on doit te promettre oiseau
    - la deuxième promesse est de ne parler de moi à personne, je ne peux apparaitre qu'aux enfants qui ont le cœur pur , et c'est votre cas, je ne peux pas parler aux enfants qui savent mentir, or vous êtes de bons enfants , je ne peux vous guider et me transformer que si vous avez de l'amour dans le cœur et c'est votre cas, mais si vous le dites à un adulte il ne vous croira pas, pour les adultes le phénix es un oiseau de légende et il n'existe pas , vous auriez des problèmes ....
      Puis les gens vont vous demander comment vous êtes sortis de la forêt, il ne faudra pas leur dire, ils faut les laisser croire ce qu'ils veulent ...vous avez marché droit devant vous...
      et c'est tout .. OK ?

    - oui oui phénix on te promet....
    Alors l'oiseau les prit sur son dos et il s'envola avec ces deux enfants perdus...
      il survola une forêt épaisse et noire, rien à l'horizon, des jours de marche à pied....les enfants n'avaient aucune provision .. ils comprirent que sans cet oiseau ils auraient été perdus et seraient sans doute morts de faim de froid et d'épuisement..

    Ils se mirent à prier en silence et dirent au fond d'eux " merci Jésus , car sans toi , ce phénix n'aurait pas ce pouvoir"
    l'oiseau les déposa à la lisière de la forêt ....il repartit et les enfants promirent de ne jamais parler de cette histoire ...
      seule une artiste peintre dans son atelier eut vent de cette histoire , car elle était la petite fille sauvée par le phénix, elle en fit un tableau
...

katyl1

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :