Cramponné aux tige métalliques qui couraient jusqu'à la tête de la statue, Frère Paul ne pouvait plus faire un mouvement. Ses muscles tétanisés luttaient contre les rafales de vent qui semblait vouloir le pousser dans le vide. Il avait « tilté », encéphalo plat, seulement trois neurones en état de marche : l'un pour maintenir ses yeux fermés, un autre pour serrer les mâchoires, et le dernier, en mode repeat, pour chouiner « mais qu'est-ce que je fous làaa!... »

Cling !

Un bruit métallique lui rendit un semblant d'activité cérébrale. Un héron en feraille fait, entre autres quincailleries, d'une pelle et d'une scie, venait de se poser en face de lui sur un bras de la statue. Paul s'étonna :

-Merde c'est quoi ça !

Clong !

Bizarrement, le héron était doté de parole :

-Je vous en prie mon vieux, n'allez pas faire de remarques sur mon aspect. Ce serait plutôt à moi de m'étonner.de vôtre présence ici. Vous aimez les défis hein ? Adepte des sports extrêmes, c'est ça ?

-Mais pas du tout ! s'emporta Paul. Tu vois pas que je crève de trouille, maudit bricolage ? J'suis bloqué ici, aides moi à descendre !

Clung !

-Po po poo ! Je suis un héron, je n'ai pas de bras moi. 'Va falloir vous débrouiller tout seul mon petit bonhomme.

Paul désespérait

-Mais c'est pas possible ! 'Faut m'aider là ! Les seules acrobaties que j'ai jamais osé datent de quand j'étais môme.

Clang !

-Laissez moi deviner. C'était lorsque vous appreniez à faire du vélo sans les petites roues. Vous aviez tellement envie d'y arriver. Alors cent fois vous êtes tombé jusqu'à vous écorcher coudes et genoux.

Paul eut le coeur gros à l'évocation de son jeune temps.

Clong !

-Excusez-moi de vous le dire mais vous n'avez vraiment pas le profile d'un moine, remarqua le héron. Je me trompe?

Paul ricana :

-Tu es dans les ressources humaines, le bricolage?

Cling !

-Mmph ! Je vais faire comme si je n'avais rien entendu ! Ah mais je sais ! Amour déçu, pas vrai ?

-Bingo, tête de scie! fit Paul, plus mauvais que jamais. Ici au moins, je ne souffre plus. Ca te poses un problème?

Clang !

-Oh je disais ça, c'était histoire de passer le temps. Vous savez, une scie ça peut être très utile. A couper une branche morte par exemple...

Paul explosa :

-Putain mais tu veux quoi ? Et t'es quoi d'abord ?

Cling !

-Mais je suis toi, Paul...

-Moi ? Mais... la pelle ?

Clung !

-Ta mémoire.

-Et... la scie ?

Cloung !

-Ton avenir.

Et le héron disparut, laissant Paul abasourdi en haut de sa statue.

Clang !

Clong !

Clung !

Au gré des rafales de vent, le bidon de Mirror dans sa poche tapait sur la statue.

 

N'allez pas croire que cette révélation décida Paul à quitter son perchoir par ses propres moyens. Il fallut pour cela l'intervention d'une équipe spécialisée de sapeurs pompiers et le renfort d'un psychologue du SAMU. Mais quelques jours plus tard, il se défroqua et parti du monastère au petit matin, bien décidé à vivre à nouveau.