Mon doudou n’était pas doux

Car une fois de plus, maman avait voulu trop bien faire tout.

C’était un vrai ours de paille dedans, mon doudou.

avec des bras, des jambes articulés partout, partout

et une toison, comme les vrais nounours.

Pas une des ces peluches en velours

Ou en fausse fourrure synthétique toute douce

Que l’on tripotte et caresse à loisirs la nuit comme le jour.

Non, il ne l’était pas, mais pour mon cœur, si doux…

J’ai joué avec lui comme avec une poupée, docile doudou

Que j’habillé de jolies tenues, bien de chez nous.

Oui, car c’était ma mère qui les confectionnées toutes.

Ce doudou, s’appelle nounours

Mais j’aurais pu l’appeler oreille gnougnou

Tant je l’ai poignassée, Ou nez à trou

À force de frotter, la paille y a fait un joli trou trou.

2ans ½ quand la grande dame qui vient me voir tous

Les jours m’ouvre les bras pour toujours.

Et moi, rencontre d’un jour

Devient sa fille pour toujours.

46 ans de vie parmi nous

Mon doudou d’un jour,

Témoin de cet amour

Ange gardien pour toujours

Sur ma table de nuit, veille nuit et jour.