Bien sûr qu'ils se tiennent la main ! Les enfants qui ont peur se donnent toujours la main... et ils serrent, fort !

Pas dû me fatiguer beaucoup cette semaine, je lisais justement "L'oiseau de mauvais augure" de Camilla Läckberg :

... Elle lui rappelait le conte qu'ils lisaient si souvent. Le frère et la sœur curieux qui s'égaraient dans la forêt. Qui étaient seuls et effrayés, prisonniers d'une vilaine sorcière. Eux aussi pourraient s'égarer dehors. Elle les protégeait. Est-ce qu'ils avaient envie de s'égarer ? Est-ce qu'ils voulaient risquer de ne plus jamais retrouver le chemin de la maison ? Elle les avait déjà sauvés de la sorcière une fois... Sa voix paraissait si petite, si triste quand elle répondait à ses questions par d'autres questions. Mais en lui, quelque chose le poussait à continuer, même si l'angoisse déchirait sa poitrine quand elle avait les larmes aux yeux et que sa voix tremblait.
L'attrait du dehors était si fort
...