Bientôt trente piges que j’me la construis ma p’tite cabane. Avec des potes ont a commencé vers douze, treize ans. On était une p’tite bande de branleurs, on avait pas un rond alors on piquait c’qui nous fallait par ci par là.

 

Vers seize ans quand on a pu s’servir de matos un peu plus costaud et surtout qu’on avait c’qui fallait pour transporter, là on a commencé à s’y mettre sérieusement, ça commençait à avoir d’la gueule not’ histoire.

 

Et pis on s’est mis à traîner avec des gus un peu plus vieux qu’nous, forcément, ados pré-pubères avec les hormones en folies, fallait pas rêver qu’on passe au travers. I’avait deux, trois cons mais i’en avait aussi des sympas qui nous ont donné des coups d’mains, parc’qu’eux, leurs cabanes, ben e’ commençait à être bien avancée déjà.

 

J’me rappelle pas d’tous les blazes mais i’en a un en particulier qui m’a bien aidé. Du coup on est resté super pote et on s’est plus lâché, Fredo qu’i’ s’appelle. On avait les mêmes envies, les mêmes idées pour not’ cabane. Alors on s’est mis à la faire ensemble, inséparables qu’on est dev’nus d’ailleurs en c’moment on y est ensemble dans not’ cabane.

 

Si vous pouviez la voir, un vrai p’tit cocon. Oh elle est pas très grande bien sûr, on fait avec c’qu’on a mais on en est content, on s’y sent bien. Les copains viennent nous r’joindre de temps en temps, c’est cool, on discute, on fait des plans pour améliorer les cabanes, pour avoir des murs plus solides, qu’ce soit plus dur de v’nir nous en faire sortir (même si on a passé l’âge que les vieux viennent nous chercher par la peau du cul pour nous ramener à la maison avec une bonne torgnole en prime en gueulant comme des baleines qu’on veut leur mort, faut dire qu’i’en a déjà pas mal qu’on cassé leur pipe).

 

C’qu’on rêve tous d’avoir c’est la super cabane avec les donjons, les remparts, mais celle-là... Faudrait tenter le Jackpot pour s’la faire, p’t-être un jour, on sait jamais.

 

Les amateurs de cabane, c’est comme qui dirait un club, tout l’monde ‘y rent’ pas, faut avoir fait ses preuves. La mienne commence à êt’ pas mal connue j’dois dire, i’ en a même qui d’mande des tuyaux, ouais !

 

La prochaine fois qu’j’y r’viendrai, j’f’rai c’qui faut pour pouvoir y rester un bon moment. Le seul truc chiant quand on y est, c’est qu’les bigophones ça marche pas terrible, mais bon, i’a pire, i’en a qui on qu’des trous ou des tôles, ‘faut pas qu’on s’plaigne...