Il faisait une chaleur d’enfer par-dessus Los Angeles. La ville était quasiment endormie en cet après-midi du 22 juin 1806. Consuela avait retiré sa large crinoïde et lui son calcite. Ils s'étaient mis nus au lit.

Il tirait la langue. Leur aventurine adultérine durait depuis quelques mois maintenant. Si lui était libre comme l’air, elle était l’épouse d’un militaire. Non pas d’un Feldspathmaréchal car il y avait peu de Teutons dans la région mais d’un simple sergent espagnol, Maurizio Demetrio Lopez-G.

Elle s’était endlichitée de Diego dès qu’elle l’avait aperçu à sa descente du train, de retour d’Espagne. Elle lui était tombée dessus comme une météorite ardente, avait joué de son regard d’opale, de son œil de tigre. C’était une grosse tourmaline et lui, quelque peu sidérite, emporté par cet ouragan, s’était retrouvé tlès lépidolite, chevauché en amazonite par ce volcan. Elle avait découvert ses bournonites, sa kornérupine qui tirait un peu dans les coins et elle l’avait, par jeu, baptisée Stilbite bien qu’il ne fut pas Zircon VI. Bref, tout comme Elsagite Tréolite et son Aragonite, tout chrysocollait magnifiquement entre Diego et Consuela.

Simplement, ils n’étaient pas du même bord politique et il avait jugé bon, ce jour-là, de faire juste une mise au point avec sa Jackie Quartz.

- Ce gouvernement de Monastorio, c’est plus que je n’en puis supporter. Il opprime les Indiens comme les paysans et il taxe les citoyens d’une manière éhontée. Je ne sais pas ce qui me retient…
- Voyons, Diego, tu as par trop la tête près du bonnet ! Tu es toujours prêt à t’emballer. Est-ce que tu es sûr que tu n’en fais pas un peu héliotrope par moments .
- Enfin, ma Pierre de Lune, ce tyran s’emplit les poches sur le dos de tous et nous devrions laisser sévir cette espèce de sodalite sans broncher ? Non ! Bien malachite ne profite jamais ! Il faut que ce proverbe trouve sa concrétisation dans la réalité d’ici peu !
- Je trouve qu’en matière de politique, tu kunzites toujours un peu trop ! Tu as trop de choses dans le cabochon. Veux-tu que nous remettions le couvert ?
- Non, tu es bien gentille, ma Rose des sables, mais il fait trop chaud. On l’a déjà fait cinq fois ! J’ai la biotite en calcédoine !
- Allonge-toi ! Ferme les yeux ! Je vais les couvrir pour que la lumière n’abime pas tes superbes azurites, mon bandit muscovite !

DDS110_Willem


Par jeu, elle dégrafa à nouveau son soutien-gorge et lui posa les bonnets sur les yeux. Diego se laissa aller. Il avait mal au ventre. Etait-ce parce qu’elle lui avait resservi deux fois du chili con carne avant leurs ébats ? Etait-ce de s’être excité contre elle puis contre cet imbécile de gouverneur de la Californie espagnole ? Toujours est-il qu’il faillit aller au renard.

Finalement, il se mit à somnoler et eut des visons étranges : un peuple d’esclaves muets défilait devant l’alcade avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Non au préservatifs oraux ! ». D’extraordinaires machines munies de deux roues et d’une longue trompe de tamanoir s’agitaient dans tous les sens et avalaient de la poussière. Puis il y eut une tempête, un éclair, un cheval au galop…

Il sursauta et se réveilla. Une idée géniale venait de surgir hors de la nuit. Tous ces éléments s’étaient mélangés. Il se rhabilla, embrassa sa maîtresse et partit sans rien lui dire de son projet fou. Simplement, par bonté d’âme envers elle, il se promit que le justicier masqué qu’il allait devenir ne truciderait jamais le sergent Garcia.

m_kil_konsergent_garciam_kil_kon