"Nostalgique parfum "

petite fille je regardais avec convoitise le précieux flacon sur l'étagère du haut. Celle bien loin de tout ce que ma petite main pouvait attraper et mettre à la bouche.
Toute d'habits du dimanche vêtue, maman prenait avec délicatesse la jolie bouteille de verre Et ,d'un geste gracieux, déposait une délicate goutte qui venait malicieusement se glissait dans son cou. Là... juste là, où j'allais avec gourmandise, cacher mes chagrins d'enfant quand la nuit se faisait terreur et qu'elle venait me consoler
.

Au fil des saisons, les flacons se sont sagement installés dans la salle de bain de la maison familiale et la petite fille, devenue femme, s'est envolée bien loin de sa campagne natale. à la capitale, elle est allée convoler amoureusement dans les bras de son prince. boulot, métro, boulot, sortie, dodo, boulot, métro, repos et là, découverte du marché aux puces et ses vieilleries. Les uns après les autres, les échantillons de parfum ont quitté l'étale des antiquaires, le tréteau du revendeur du dimanche et jours de fête, la boutique du brocanteur, pour rejoindre sagement les petites acquisitions marchandées avec ardeur.

Formes pures, essences raffinées, joies couleurs... la gourmande n'a de cesse d'avoir celui entr'aperçu par la vitrine de ses souvenirs. Alors elle chemine, de-ci de-là, poursuit le chaland au travers des allées du vide grenier, bouscule le vendeur à la sauvette. Mais ne baisse pas les yeux, jamais renoncer. Fouiller, chiner, et encore chercher, pour retrouver le parfum magique. Celui qui manque à la collection... mais avant tout, protéger le précieux trésor. 

Comme le soleil vient après la pluie, le jour après la nuit, la brume après l'orage... petit à petit, d'autres pièces sont venues rejoindre les jolies bouteilles offertes à l'occasion d'un anniversaire, d'une fête des mères... Seulement maintenant c'est moins important, qu'elles ne soient pas si rares que cela, ou qu'il y en ai en double. Car tout naturellement, les enfants de la maison ont leur propre collection...comme en héritage.

Non pas du regard des autres ! les cacher seraient leur faire offense. Mais de la poussière, ou bien plus encore, des p'tites mains potelées venues aigailler la maison. ces petits doigts qui pourraient faire s'évaporer le précieux liquide en faisant pivoter les jolis bouchons. Alors on range méticuleusement la collection dans une grande vitrine