La vieille demoiselle Amélie descendit les marches avec précaution et partit vers la forêt. Elle portait sa robe grise à fleurs mauves et par-dessus son visage ridé un chapeau de paille l’ombrageait toute . Elle se retourna et me sourit. Je la connaissais à peine, nous étions descendues au même hôtel tranquille, moi cherchant des vacances paisibles, elle des herbes et des fleurs. On m’avait avertie qu’elle était un peu « spéciale »,elle revenait chaque année et chaque année recommençait sa quête. La veille, nous avions bavardé : Melle Amélie cherchait chaque matin « les pétales du bonheur». Je n’osai pas l’interroger davantage, son air mystérieux me mettait dans la confidence et semblait dire, que moi aussi, je savais…

Elle emportait un cabas de grosse toile pour y glisser ses découvertes. « Je collectionne », me souffla-t-elle avant de me quitter, silhouette un peu cassée mais encore alerte. Quand elle revint à midi, de longues herbes minces dépassaient du sac, et je crus voir l’arrondi d’une reine-marguerite, mais je ne le jurerais pas, car Melle Amélie me fit un clin d’œil et rentra dans sa chambre. Après le déjeuner, nous prîmes le café ensemble. Je demandai si la matinée avait été fructueuse mais elle fit un signe m’intimant de changer de sujet. Le patron, derrière le comptoir, nous regardait d’un air goguenard. Melle Amélie, imperturbable, lui fit le plus charmant sourire. Il sourit à son tour, un peu gêné, puis s’avança :

- Puis-je offrir un petit remontant à ces dames ?

- Avec joie, répondit Melle Amélie.

Il nous apporta deux petits alcools du pays. Melle Amélie but gaillardement. Puis elle remercia notre hôte en levant le pouce d’un air convaincu. La semaine s’écoula, chaque matin Melle Amélie partait à la recherche de ses mystérieuse plantes, chaque midi nous prenions notre café ensemble, et le patron nous apportait ensuite nos liqueurs quotidiennes. Je me sentais bien, Melle Amélie aussi, et la veille de son départ j’osai enfin lui demander ce que contenait son sac.

« Rien, répondit-elle, ou plutôt si « les pétales du bonheur ».

Et comme je restais interdite, elle ouvrit son cabas vide et m’expliqua :

- Tout le monde peut collectionner les pétales du bonheur. Mais il faut la tournure d’esprit. Je suis seule, vieille et presque bossue. Banale, je ferais pitié ou j’inspirerais le mépris (et je ne veux ni l’un ni l’autre), donc je collectionne, cela intrigue, on se moque d’abord puis les gens sont curieux, m’interrogent, et commencent à se poser des questions : que fait-elle, qui est-elle, quelles sont ces fleurs qu’on ne voit pas, fait-elle un herbier, des tisanes, des philtres peut-être ? Et je deviens « un personnage ».

Admirative, je regardais ce profil fin, ces yeux bleus si clairs qui semblaient ingénus et j’y perçus la malice incontestable de l’humour mêlé de sagesse :

- Donc vous n’étudiez pas les fleurs ?

- Non, j’étudie les gens…Depuis très longtemps, je collectionne les petites choses de la vie, je vous l’ai dit : un sourire qu’on me refuse, un mot jeté avec indifférence, un haussement d’épaule sur mon passage. Mais aussi, grâce à ma « collection » un sourire qu’on me donne, un intérêt qui se manifeste, une main tendue pour franchir le perron, le garçon qui ramasse promptement ma canne et s’offre à me mener à ma table et les choses se retournent, comme en ce moment. Vous voyez, j’ai choisi. Je pouvais me morfondre, devenir amère. J’ai opté pour l’inverse.

 « Les petites choses de la vie », sans aucun doute, Melle Amélie en connaissait le prix et savait les cueillir. Et, comme elle montait dans le bus pour aller à la gare, je compris qu’elle était une collectionneuse non de « pétales » mais de « bonheur ».