1, 2, 3… nous irons au bois.. » Chantonnait le garçon.

Les autres se gaussaient dans son dos.

Mais peu importe les quolibets, quand le rideau se lèvera,

Il chantera et jamais rien ne le fera taire.

Fille ou garçon, jupe ou jupon, tournera le manège joli.

Sur la table de nuit, ricil et mascara

Faux ongles, bijoux de pacotille, tout le tralala pour que,

Dès les premières lueurs de la nuit

La star brille de milles feux. Puis le matin venu

Paillettes au placard, remords de coté,

Enfile son uniforme d’homme bien rangé.

Pas le temps de réfléchir, pas le temps d’y penser,

Une bonne tasse de café, et plus rien n’y paraît.

Pantalon-robe, fille ou garçon, s’enraille le manège de la vie.

4,5,6…. les quilles à la vanille »

Très fort le précieux nectar, très fortes les doses d’alcool.

Ne plus souffrir de ce corps qui n’est pas sien.

Oublier les faux semblants… qui n’y est pour rien.

Chanter pour ne plus souffrir,

Danser à en mourir

Rêver à en défaillir

« 7,8,9…  dans mon panier neuf »

« il était une fois, une fille de roi, au cœur plein de tristesse

Enfermée nuit et jour dans un corps de velours et qui pleurait toujours»