Depuis le temps qu’il attendait, Olivier commençait à trouver le temps long ! Pourquoi l’avait-on amené dans cette pièce inconnue de lui et comment se faisait-il qu’il se retrouvait  complètement dévêtu sans avoir aucun souvenir de s’être déshabillé –et pourquoi l’aurait-il fait !-  Par réflexe il avait tout juste réussi à dissimuler sa virilité derrière un chapeau breton qu’il avait trouvé sur un  portemanteau. Mais surtout, surtout il ne réalisait pas pourquoi on lui avait collé sur la poitrine
un panneau de tissu qu’il n’arrivait pas à enlever, ne trouvant aucune prise possible,  et qui représentait le haut d’un écorché ! Mais quelle horreur ! Qu’est ce qu’on lui voulait ! Qu’avait-il bien pu faire pour se retrouver dans cette pénible situation ? Non, décidément, rien !!! Il ne se souvenait de RIEN ! Quelle angoisse ! Il était totalement déstabilisé, perdu, l’esprit vide !
Dans la pièce éclairée par des plafonniers aux abat-jour bizarres en forme de chapeaux melons et de chapeaux hauts de forme le seul décor était un tableau qu’Olivier venait de découvrir, occupé qu’il avait été jusqu’à présent à essayer de se débarrasser de cette toile qui lui recouvrait la poitrine !
Ce tableau, mais, mais ….. !!!! Ce tableau représentait –Olivier crut défaillir …- ce tableau le représentait LUI, dans l’exacte situation où il se trouvait : on le voyait positionné de travers comme si le peintre avait saisi le malaise qui le faisait vaciller ! Tout y était : le portemanteau, les lampes chapeaux, jusqu'à ce couvre-chef  breton dont Olivier s’était couvert ! Mais en plus, en arrière plan,  il y avait une main, une énorme main !!! 
………………………………………………………………………………..
Olivier n’eut pas le temps d’observer d’avantage ce tableau énigmatique car une porte venait de s’ouvrir et trois hommes apparurent,  vêtus, coiffés et masqués  de blanc.
Olivier tétanisé par la peur ne put prononcer un seul mot !
………………………………………………………………………………….
- Allez mon vieux à toi l’honneur !
- Mais… vous croyez que je vais y arriver … c’est la première fois que je vais …
- Mais oui, t’en fais pas. Tu n’as qu’à suivre les dessins. Regarde tout est prêt !
- Bon, d’accord !  Vous avez la trousse à outils ?
- Bien sûr, c’est Roger qui l’a préparée ! Y’a tout c’qui faut !
- Alors, on l’endort ?
- Penses-tu ! C’est un costaud, il tiendra le coup !

……………………………………………………………………………………

C’est ainsi qu’Olivier, étudiant en première année de médecine et qui la veille avait fêté avec ses camarades l’enterrement de sa vie de garçon –ce qui implique une soirée extrêmement bien arrosée -s’est retrouvé piégé dans cette pièce au décor plus qu’étrange ! Quand il reprit ses esprits sous les rires de ses compagnons d’étude qui s’étaient démasqués, il se retrouva  avec la poitrine tatouée  comme sur le tableau qui pendait au mur et ceci à la suite d’un pari ridicule qu’il avait bien entendu perdu !

………………………………………………………………………………………………
On ne lui dit pas tout de suite qu’il s’agissait de simples décalcomanies !!!