L’eau montait de toutes parts et personne ne se souciait du tableau.

J’en profitais pour m’esquiver le tableau sous le bras. En remontant la vallée vers le sud, je vis bien que la toile avait pris l’eau ; elle avait un drôle d’air. Le personnage central avait perdu son chapeau et une petite voix me criait : « À partir d’aujourd’hui toutes tes journées seront belles.»

L’homme nu surgit hors de la toile un chapeau à la main ; il quitta son perchoir et dégringola le sentier à ma rencontre. Il me salua et fit mine d’approcher.

Son seul luxe et sa pudeur, c’était ce chapeau qui masquait son sexe.*****

Ce rêve, à bien des égards, Venise, parle de votre relation complexe au père noël, dit le psychanalyste.

Nous terminâmes notre séance. Le psychanalyste s’approcha du porte manteau. Avec humilité, il prit son chapeau et sortit à moitié nu les tripes à l’air sous les rayons de juin en chantonnant : « Ils  ont des chapeaux ronds vive les bretons. »