Où, nus, allongés sur le dos, nos deux héros*discourent de la forme des nuages, de la caresse du soleil sur la peau, des petites bêtes qui peuplent la lande et du plaisir, tandis qu’à l’horizon, l’adversité tisse ses noirs desseins.


L’herbe chatouillait et le ciel était paisible. Il avait la couleur du lac. Ou bien c’était l’inverse.
Il faisait très chaud. Autour d’eux : une libellule bleue et deux papillons blanc citron.
Lorsque s’approcha un insecte bourdonnant, elle chuchota qu’elle avait peur. Il lui montra le chevalier qui s’effilochait dans les nues bleues, filant sur sa licorne blanche. Elle sourit, pencha la tête vers lui. A travers les feuillages, le soleil souriait lui aussi.
Le vent troublait leurs peaux.
Dans leurs yeux, l’une et l’autre étaient nus.
Une ombre froissa la surface de l’eau.
Un bruissement glissa quelque part.
Dans la douceur, exactement, ils étaient nus.