Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le défi du samedi
Visiteurs
Depuis la création 1 044 214
Derniers commentaires
Archives
26 juin 2009

Consigne 66 (Toltek)

Mardi, 9h50

« Merde, j'avais pas sauvegardé depuis au moins une heure ! Oh non ! »

Les néons se sont éteints, le moniteur a brusquement cessé d'afficher quoi que ce soit, et c'est mon collègue Lucien que je viens d'entendre beugler du bureau d'à côté. Les onduleurs ont commencé leur perfusion d'électrons dans les veines des serveurs sur lesquels ils veillent : leur bip-bip ressemble à une sérénade mélancolique.

« Oh, ne vous inquiétez pas, ça ne durera pas plus de 10 ou 15 minutes, comme d'habitude » entends-je la secrétaire tenter de rassurer ce pauvre Lucien.

Moi, je m'en fiche, j'ai un portable. Je viens de l'éjecter de son socle. J'ai encore 3 heures d'autonomie. Je peux continuer à bosser tranquille.

 

 

Mardi, 11h45

Plus que 1h et 8 minutes d'autonomie, me dit M. Windoz avec une précision imbécile. Le courant n'est pas revenu. Mes collègues ont promené leur désoeuvrement dans les couloirs. La pause, au début si bienvenue, commence à s'éterniser. Quasiment plus personne ne peut travailler. Les téléphones ne fonctionnent plus non plus, j'apprends donc que la fée électricité s'est aussi infiltrée là-dedans. Le café est froid. Par la fenêtre, je vois bien 6 ou 7 groupes de gens dehors, en train de fumer ou discuter. Apparemment la panne touche au moins tout le quartier. Les onduleurs se sont vidés de leur sang il y a déjà un moment et un silence étonnant règne maintenant en salle serveurs. Je crois que je vais aller déjeuner. Mais je vais éteindre mon PC avant.

 

 

Mardi, 23h30

Je profite des derniers soubresauts de ma batterie pour écrire ces quelques phrases. Plus de courant depuis ce matin. Quand je suis sorti ce midi, il n'y avait pas de métro. Les feux tricolores me fixaient de leurs trois yeux morts. Le restaurant où j'ai mes habitudes servait des sandwichs. Les gens en parlaient, se posaient des questions. Je suis rentré chez moi. Pas de télé, pas d'Internet. J'ai ressorti mon vieux radio-cassettes à piles. Aucune émission sur aucune fréquence. Ils ne sont pas censés avoir des générateurs de secours ? Aucune des personnes que j'ai appelées avec mon téléphone portable n'avait de courant. Je n'ai pas eu le coeur à bouquiner. Je suis resté à regarder le congélateur dégeler lentement et emporter mes victuailles dans la débâcle.

La nuit est tombée, j'ai déstocké des bougies et pu dégotter le briquet que j'avais quand même gardé après avoir arrêté de fumer.

Et me voilà, en train de tapoter sur ce clavier, à la lueur livide de l'écran, qui s'éteindra inexorablement dans quelques minutes (vous devriez enregistrer tout travail en cours, oui, merci M. Windoz).

Je me fais l'effet d'un homme préhistorique blotti près de son feu mourant dans sa caverne noire et froide.

 

Et si demain ce n'est pas revenu ?

Commentaires
D
"Je suis la plus belle" dit la fée électricité :)
Répondre
A
J'aime beaucoup cette ambiance.<br /> Y a une suite dis ???
Répondre
T
...les ombres sur le fond de la paroi de la Caverne nous inspireront peut-être un monde moins assujetti aux objets, qui sait ?<br /> <br /> yes ! de la chair fraîche !!
Répondre
T
Ca fait plaisir de lire un nouveau "défiant"...<br /> Bravo Toltek! Cette première participation est une réussite...
Répondre
T
Merci à tous pour ces messages de bienvenue et ces encouragements !
Répondre
Newsletter
Le défi du samedi