20 juin 2009

Comment être marron même si on peut encore se farcir la dinde... (Sebarjo)

La fête battait son plein. On avait éteint toutes les lumières et chacun rigolait bêtement ou nerveusement. Seuls les chandeliers sur les tables alignées, éclairaient et faisaient vaciller nos faces plus ou moins rougeaudes et hilares, selon l'état d'avancement d'ébriété de chacun. On vivait la dernière minute de l'année et on savait que ça allait éclater dans peu de temps. Un grand « Bonne année général » comme un grand boum au coeur de la nuit allait retentir sur la terre entière. Et on tenait à faire entendre nos voix ! Car soudain, déchaîné et comme délivré, un groupe d'une trentaine de personnes en délire se bisouillera follement avant de finir le foie gras à peine entamé.

Ca yest. Jojo, qui était quand même le plus éméché de tous, avait lancé le compte à rebours :

10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1...


Et voilà, bingo. Un hurlement comme une délivrance. Une ronde de bécots sous le regard éberlué des couronnes de gui. Tout ça était bien joyeux et préludait le meilleur à venir. Sauf que.

Jojo a voulu rallumer tous les spots de son living et du fumoir, transformés pour l'occasion en piste de danse. Rien. Plus de courant. Par la baie vitrée, on ne voyait même plus clignoter les guirlandes et autres appareillages électriques sensés décorer les nains de jardins et les façades des quelques maisons alentour. Panne d'électricité générale.

L'année 2050 commençait d'une drôle de façon. On avait l'air fin à se souhaiter toutes les meilleures choses du monde alors que le grille-pain ne pouvait même plus dorer les toasts pour le foie-gras ! Cela ne nous dégrisa pas pour autant. On poursuivit notre java à la lueur des bougies. Quoi de plus naturel finalement, qu'un réveillon aux chandelles ! Et puis, la dinde finissait tranquillement de rôtir au-dessus de la braise d'une gigantesque cheminée, alors... Tout allait bien.
Jojo a rangé sa collection de vieux vinyls et s'est mis à la guitare pour nous faire danser. Bon, il ne connaissait que quatre ou cinq morceaux mais c'était suffisant pour que ça parte dans tous les sens ! Et puis le vieux Léon l'a relayé avec son accordéon. Au petit matin, on en avait plein la musette. On était encore insouciant et béat.
Pourtant après avoir guinché, on a vite déchanté...

_____



C'était il y a dix ans... Un souvenir inoubliable. Mais tout ça est si loin aujourd'hui...
On a fini par apprendre que toutes les centrales nucléaires avaient pété les unes après les autres, recouvrant les ondes sonores de l'énorme « Bonne année » qui devait retentir sur la planète bleue, plutôt grise alors... L'électricité s'était envolée comme un courant d'air... A se demander ce qu'on foutait là, encore irradié de bonheur... Un drôle de réveil au lendemain d'un réveillon...

Je rêve souvent de ce temps lointain que les moins dix ans ne peuvent pas connaître, ce temps où les  vocables, volts, watts et ampères n'étaient pas désuets...

Aujourd'hui, je peux toujours rêver pour proposer ce texte à l'équipe du défi du samedi et espérer qu'elle le mette en ligne sur son blog !

J'ai quand même gardé précieusement et jalousement, mes vieux crayons, mes fusains rabougris - véritables mines de trésor ! - et je continue à griffonner des mots, puis des phrases qui donnent parfois des  histoires, dans des vieux carnets récupérés par ci par là.

Mais, même si la situation est grave, elle n'est pas désespérée ! Il faut voir le bon côté des choses...
Depuis que j'ai quatorze doigts à chaque main et que j'ai trois mains au bout de chacun de mes six bras, j'écris beaucoup plus vite !!!

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


PANNE (Joye)

Un.

 

Il y a comme un éclair, un petit couic !

 

Deux.

 

La lumière, tenace, revient pour nous rassurer.

 

Trois.

 

Elle repart. Définitivement, cette fois-ci.

 

Quatre.

 

On attend. Un peu. Non, la lumière ne revient pas.

 

Cinq.

 

Appel chez la société d’Électrification Rurale.

 

Six.

 

Oui, ils sont – excusez l’expression – au courant.

 

Sept.

 

Allez, faut sortir la génératrice, pas question que les animaux meurent de chaleur.

 

Huit.

 

Le tracteur assure, ronron, il fait son boulot, que ce soit labourer les champs ou illuminer la ferme.

 

Neuf.

 

Tentative de rétablissement, oui, tout revient au normal, on rentre le 4020 au garage.

 

Dix.

 

Il y a comme un éclair, et puis un petit couic !

 

 

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

Panne de courant‏ (Vegas sur sarthe)

Une bougie, Nom d'une pipe ! Y en avait une dans ce tiroir, enfin dans ce foutoir... même que tatie Gaby elle disait souvent qu'elle s'en servait depuis qu'son vieux il est plus là.
Deux slips! Qu'est ce que j'en ai à foutre des slips en ce moment; personne verra mon zizi dans le noir. Ca y est! Je l'ai... la bougie et y'a même une boîte d'allumettes; elle était bien organisée la tatie.
Trois, je sens que trois allumettes! Elle aurait pu en laisser plus; j'ai pas intérêt à foirer mon coup sinon c'est la galère.
Quatre à Trois... Y'avait Quatre à Trois quand tout a lâché et que Barcelone venait de faire rentrer Messi !! Mais si la prochaine s'allume pas, j'suis dans l'caoua jusqu'à demain matin.
Cinq ans qu'on vit dans ce clapier et pas foutus d'arranger l'compteur, mes vieux... Ah pour la TNT, l'Aïe Phone et le Nespresso... OuateElse, y sont les premiers à l'ouverture du Carrefour; mais quand y s'agit d'réparer le tambour du lapin Duracell, y a plus personne!
Rapport au compteur, Momo-je-sais-tout y dit qu' en 2010 on aura tous des compteurs intelligents dans les maisons... ça f'ra au moins un peu d'matière grise chez nous; il appelle ça la Momotique?
Ca y est, la dernière c'est la bonne... sauf que la bougie a plus d'mêche et que j'ai dix secondes sans les mains pour lui en redonner une: alors je croque un bon coup dans la bougie... c'est dégueulasse, sacrée tatie! enfin ça pointe sous les dents, c'est humide, ça grésille mais ça s'allume.
Sauvé! C'est pas le camp des labres de Versailles mais j'y vois plus clair. Combien de temps ça tient une bougie? Vingt minutes, pas plus, d'autant que c'est pas une première main.
Le foutoir est toujours là avec les slips en dentelle, y a même un porte-jarretelles et un tas de bouquins, des romans-photos... j'vais pas me mettre à r'garder ça alors que Messi doit dribbler comme un dieu à quinze minutes du coup d'sifflet!
Feinte de corps, passage de jambes et petit pont... p'tit pont moi-même, pourquoi je regarde l'écran, moi? Un seize-neuvième éteint c'est comme un aquarium sans poissons.
Y a au moins cinquante bouquins là-dedans! Elle aimait lire tatie Gaby avant de rencontrer son nouveau mec, le Pascal.
Mon vieux dit toujours en s'poilant "Il a un gros cierge pascal", ah bon? et y'a un plus gros bouquin en dessous qui fait au moins quat'cent pages; c'est marqué Kamâ...Sûtra ?
En fait c'est comme le Petit Robert du salon mais on dirait un truc sur la gym et la graisse antique; ça parle de l'Etoile, du Sphynx, du Lotus... bref dans huit minutes le match est plié et ça m'fout les boules.
Tiens! Cette image, on dirait quand Messi s'est fait tacler y'a huit jours par Traoré et eux y z'appellent ça le flipper; y disent position sportive et excitante mais ça vaut facile un carton jaune!
Si Momo-je-sais-tout était là, j'lui échangerais bien ce bouquin de gym contre son transistor; quand j'pense que le Barça est p't'être en train de perdre la Coupe! Nom d'une passoire!
En tout cas, la tatie Gaby et son Pascal, y zont intérêt à venir débarrasser leur foutoir avant que je bazarde tout à la prochaine brocante... et pis la gym c'est pas mon truc, moi c'est le foot.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

Pas de panique ! (Walrus)

En cas de panne de courant, surtout pas de panique !

Il n'y a aucune raison de paniquer — en dehors de celles-ci, bien sûr :
 

  1. Si vous n'avez pas pensé à conserver votre bon vieux combiné téléphonique, votre appareil DECT ne fonctionne plus.
  2. Bien sûr, votre réveil-radio est pourvu d'une batterie de secours, mais depuis le temps, elle est à plat.
  3. Vous finirez bien par vous rappeler où vous avez fourré les bougies, mais depuis que vous avez arrêté de fumer, vous n'avez plus ni allumettes ni briquet.
  4. Il fait glacial et même si vous avez un chauffage central au gaz, vous ne serez pas chauffé pour autant.
  5. L'éclairage de secours ne fonctionnera pas pour la même raison que le réveil-radio.
  6. Le cambrioleur local va enfin pouvoir réaliser son rêve : contourner votre système d'alarme perfectionné.
  7. Puisque le déluge a noyé la cabine de distribution, votre pompe vide-cave ne vous sera d'aucune utilité face aux pluies diluviennes.
  8. Mais non, l'isolation de votre surgélateur ne vous permettra pas de tenir trois jours (et de toute façon, il est dans la cave votre surgélateur, voir en 7.)
  9. Sortir la voiture pour chercher du secours ? Auriez-vous oublié le ferme-porte électrique qui faisait, hier encore, votre fierté ?
  10. Et comble de tout, vous ne pourrez même pas vous remonter le moral en vous connectant aux défis du samedi. VDM !


Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

Consigne #66

Panne de courant !

6a00d83451b18369e200e5521d93168834_640wi

Votre participation à la consigne 66 tournera autour de la panne de courant.

Ah ! Une contrainte !

Votre récit comportera au moins dix nombres.  nombres_chiffres

Posté par valecrit à 09:01 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags :