07 juin 2009

Chez Virgibri : Ouvert le dimanche

_Caf_

Où en sommes-nous ?

Walrus, Zigmund, MAP, Tiphaine, Alice, Moon, Joye, Val,

Posté par Old_Papistache à 17:02 - Commentaires [23] - Permalien [#]


Apocalypse Nan (Val)

Lorsqu’elle a réalisé qu’elle était la dernière personne sur Terre, elle ne l’a pas supporté. La seule idée d’une vie de solitude lui était insoutenable.

C’est dans sa baignoire que ses semblables l’ont retrouvée au petit matin. Ses veines étaient tranchées et son corps blême baignait dans son sang.

Les drames les plus épouvantables ont souvent pour origine un simple malentendu ou encore une terrible méprise.

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

HIBAKUSHA (Joye)

Keiko ajusta soigneusement l’obi de son kimono noir et blanc ce splendide matin calme d’août. Il était déjà 8 h 13 et si elle ne se dépêchait pas, elle serait en retard pour ses cours à l’université d’Hiroshima…

Image

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

Le dernier homme (Moon)

Le dernier homme sur la Terre était assis tout seul dans une pièce. Il y eut un coup à la porte...

Tétanisé, lui qui avait bien compris que cette bombe à plasma ne pouvait avoir laissé beaucoup de vie sur la planète, il n’osait bouger. Il pensa que le vent avait soulevé un débris… Il resta assis triturant les cordons de sa combinaison. Il regrettait tellement son expérience… Bien sûr, ses théories étaient ainsi avérées mais avec qui partager ce triomphe maintenant ? Le prix de sa certitude était une épouvantable solitude.

 

Le bruit sur le devant du laboratoire se répéta. Cette fois, il sursauta !

 

Ce ne pouvait être une coïncidence. Il se leva, monta le bouton de volume du micro extérieur et entendit une sorte de souffle, comme un halètement… et un piétinement lourd.

 

Les caméras extérieures du laboratoire avaient été soufflées et seul le micro avait résisté. Il ne pouvait donc pas voir de quoi il s’agissait.

 

Le son qu’il entendait lui était pourtant familier mais la grande confusion dans laquelle l’explosion l’avait plongé l’empêchait de lier ce bruit à une quelconque réalité.

 

Il passa 4 ou 5 minutes à écouter et quand il comprit, incrédule, il se dépêtra de sa combinaison, passa sous le portique anti-radiations et ouvrit le sas. Il s’attendait à ressentir des effets secondaires, des fourmillements ou des maux de tête mais rien ne semblait se passer de tel. Il courut presque jusqu’à la grande porte, tourna le volant de déverrouillage et tira vers lui le lourd battant.

 

C’était bien ce qu’il avait supposé : un cheval se tenait là sur le porche bétonné, sellé, hagard et écumeux.

 

Comment diable avait-il pu survivre ?

 

Richard tenta de l’apaiser en tendant la main vers son chanfrein. L’animal recula brutalement prêt à se cabrer. Richard sifflota comme le faisait son grand-père à l’écurie. Le cheval tourna ses oreilles et sembla revenir à la conscience. Richard avança vers lui très doucement et lui flatta le col. Il lui fallut une demi-heure pour l’apprivoiser et, à ce moment-là, il put le monter.

 

L’animal partit alors ventre à terre et Richard fut bien obligé d’oublier les belles attitudes apprises dans son enfance. Il se vautra sur le dos du cheval et accroché à la crinière, il ferma les yeux pour ne pas voir les obstacles qui fonçaient vers lui. Le galop dura très longtemps aux yeux de Richard qui pensait idiot de mourir maintenant d’une chute de cheval.

 

Mais la bête, épuisée sans doute, s’arrêta devant un autre bâtiment du campus, déserté de toute vie lui aussi. Richard descendit avec bonheur, étonné une fois de plus d’avoir survécu et s’approcha de l’entrée du pavillon. Il lut : Unité de Cytologie. Son cœur se mit à battre à toute allure tandis qu’il poussait la porte… Une idée venait de lui traverser l’esprit. Il entra dans les chambres froides qui avaient continué de fonctionner et trouva ce qu’il supposait être là : un grand container cylindrique étiqueté  « stockage d’ovules ».

 

Une nouvelle série d’expériences allait être nécessaire mais lui seul serait le cobaye cette fois…

_spermatozo_des

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

6 mai 2012 (Alice)



En ce dimanche printanier,  nous étions plusieurs millions à attendre les nouvelles avec angoisse.
A vingt heures précises, le visage du petit inquisiteur apparut sur l’écran…

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Chère maman (Tiphaine)

Chère maman,
J’espère que tu vas bien…
Je ne sais pas pourquoi j’écris ça.
Mais qu’est-ce que je pourrais écrire ?
Et à qui ?

Chère maman,
Tu me croiras pas, aujourd’hui, j’ai aperçu un morceau du soleil ! je te jure ! Je me souviens de ce samedi où tu étais dans le jardin, tu as crié, nous sommes sortis, tu montrais le ciel du doigt, nous avons levé la tête et nous l’avons vu, c’était la première fois…

Chère maman,
Mon ordinateur me dit que je peux obtenir de l’aide pour rédiger ma lettre mais je ne sais pas à quoi ça sert puisque personne ne lira jamais cette lettre…

Chère maman,
Y’ avait des serpents qui sortaient des robinets parfois, l’eau était rouge, tu te souviens ?
Papa enfilait ses gants pour ne pas se faire mordre et essayait de leur tordre le cou mais c’est mou un serpent, et puis ça n’a pas de cou…
Et Elise qui riait parce qu’elle avait pris un bain rouge, elle disait : « je saigne ! », « je saigne ! », et on faisait semblant d’avoir peur pour lui faire plaisir…

Chère maman,
J’ai rêvé de la finale cette nuit. On était dans la salle des citoyens, je ne sais plus qui jouait, ils couraient après un truc rond, et ça criait autour de nous.
Pourquoi est-ce qu’on regardait ça ?
Je crois qu’on avait peur et qu’on voulait oublier.
Oublier quoi ?

Chère maman,
Je n’arriverai jamais à écrire cette lettre.
L’imprimeuse ne marche plus depuis longtemps de toutes  façons.
Et tu n’as plus d’adresse…

Chère maman,
Le réveil dit que j’ai 123 ans aujourd’hui.
C’est vieux, non ?
Je ne me souviens plus…

Chère maman,
J’ai fini toutes les conserves que tu avais entassées dans la cave.
J’ai encore faim…

Chère maman,
J’ai fini papa salé et bientôt j’aurai fini Elise que tu avais mise dans le congélateur.
J’ai toujours faim…

Chère maman,
Tu avais dit que tu allais chercher un paquet de cigarettes, j’ai vérifié, ça fait longtemps qu’on n’en vend plus du tabac, c’est mauvais pour la santé.
Tu fumais ?

Chère maman,
Y’a plus personne ici.
Je m’ennuie…
J’ai tellement fin.

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Après … (MAP)

Après la grande EXPLOSION

 

_Apr_s1

 

 quelques feux follets subsistèrent

 

 _Apr_s2

 puis lentement disparurent

_Apr_s3

et le silence emplit l’univers.

_Apr_s4

MAP

Posté par Walrus à 17:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :