31 mai 2009

Iowa-salon dominical

salon_du_dimanche2

Posté par Old_Papistache à 17:02 - Commentaires [29] - Permalien [#]


Montego Bay (Joye)

D'abord, mettez fort la musique :  http://listen. Montego_Bay

et puis mettez votre maillot,

préparez-vous un joli rum drink

et puis...dégustez !

 

I. DEVANT MOI, LA MER

 

Devant moi, la mer
l'horizon gris foncé

Et puis vert, vert, vert
des trous de verdure là
en pleine mer
parmi les bleus

Et les vagues qui s'enroulent
qui se précipitent vers moi
dans leur hâte de me connaître

Et juste avant d'arriver
elles sursautent
en crachant leur surprise
des bulles toutes blanches

Qui moussent et qui disent,
qui bourdonnent et qui crient

Bienvenue,
la jolie

Comme nous sommes contents
de te connaître

II. HILTON HIGH

 

Là, au bon bout de ce Paradis verdoyant
Au bout du chemin, là, où le shandy t'accueille

Là, au bon bout du monde
Yé monne, iré

Le colibri à deux queues faufile de rouge en or-
Ange parmi les taches de bleu et d'amour

Tu goûtes le cacao blanchement de sa coquille
Yé monne, iré

Les petits bouts pas blonds te chantent dans leur école
Talé mi bananeux

L'accueil te réchauffe mieux que le rum punch
Yé monne, ya monne, yesse monne

Au bout du chemin où no woman no cry
Là au bon bout de ce Paradis

Yé monne, iré
Talé mon bonheur

 

III. CLICHÉS DE MA PLAGE

 

Frotte-frotte, frotte-frotte
Le mec à côté
Est maintenant
Bien huilé

--

Ta verte transparence
Me coupe le souffle,
Puis être vague
N'est pas toujours un crime.

--

A faire :

Commander de la dorade

Pour ce lys

--

L'homme Très Important
Parle au GSM
Une jolie fille le suit
A cinq pas derrière

--

Oui, et donc
Ce corps lisse
Ça te sert à quoi ?

--

Papa à la grosse bédaine
Avec la fillette aux genoux
Hou hou

--

Bonjour les doigts de pieds
Vernis dans votre meilleur rouge
Vous me faites signe
Sur l'arrière-plan vert-bleu

carnet_de_voyage_1

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2009

Consigne #63

Cette semaine, nous partirons en vacances avant l'heure.
Nous vous invitons à nous offrir une page de votre
carnet de voyage.

51R0K5E8YDL

Partagez avec nous le récit de votre tour du monde en stop, les images de votre traversée sur désert, ou vos déboires au camping des flots bleus à Royan.
Parlez-nous donc de votre périple dans la foret amazonienne, de votre tour de la Creuse en solex, de la grande muraille de Chine ou encore de la cathédrale de Chartres ou de votre croisière à bord d'un vaisseau spatial.

Vous l'avez compris, vous êtes tout à fait libres d'inventer (ou pas!) tant que vous nous donnez à lire une ou plusieurs pages de votre carnet de voyage.

Posté par valecrit à 09:01 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags :

Petite musique dans la tête... (Stipe)

J'ai toujours une petite musique dans la tête.

Ma vie est comme une comédie musicale. Quand je parle, avec la musique ça fait comme si je chantais. Je dis "quand je parle" mais je devrais dire "quand je me parle". Je me parle qu'à moi, que dans ma tête.

Ma tête c'est là que je vis.

Maman a passé ma jeunesse à me bringuebaler chez des docteurs puis chez des spécialistes. Au début ils pensaient que j'étais muet. Mais je ne le suis pas, puisque je me parle.

Et j''ai toujours une petite musique dans la tête.

On m'a fait des tas de tests. Pour les gens j'étais débile. Puis un jour le professeur Moiron a dit que j'étais différent. Maman a bien aimé ça. Depuis elle a toujours dit "il est différent" ou "il est rêveur", "il est dans son monde". Du moment où j'ai été diagnostiqué différent, ma débilité était pas grave.

J'ai eu une scolarité normale. La seule chose qui me différenciait, mais c'est normal puisque je suis différent, c'est que parfois je loupais l'école pour aller voir le professeur Moiron.

Maman aimait bien le professeur Moiron, elle disait qu'il est sérieux. Moi je le savais con comme une barrique percée. Et j'hésitais pas à lui dire, à maman. Dans ma tête.

Il parlait gravement à maman, me tournant le dos comme unique paravent à ses inepties. Puis il se retournait vers moi avec un grand sourire et me parlait très fort, comme si j'étais débile, pour me dire que j'étais pas débile.

Mais c'est lui le débile, je suis sûr qu'il a même pas de musique dans la tête.

Moi, j'ai toujours une petite musique dans la tête.

Un jour que j'étais plus grand, ils m'ont mis en traitement. Ceux qui étaient différents c'était les infirmières vu qu'on ne se retrouve qu'entre gens différents pareil. Maman disait que j'étais mieux en traitement. Elle disait ça parce que je souriais.

Faut dire qu'on me gavait de pilules : des anti-déprimants, des euphorisants, des calmants, des dopants, des lobotomisants, des stimulants. Tous ces substituts de santé qui servaient sûrement à donner du crédit au débit du compte en banque de maman, mais qui pour de vrai s'avéraient aussi pertinents qu'un anneau gastrique chez l'anorexique.

Sauf que moi, l'anneau gastrique on me l'a posé dans la tête Du coup je vivais dans un endroit encore plus restreint, oui mais je souriais. Alors maman souriait aussi et le professeur Moiron était plus sérieux que jamais.

Mais, j'ai toujours une petite musique dans la tête.

Un jour, un professeur de la ville s'est occupé de moi. Il me parlait comme si j'étais seulement différent. Il m'a dit que j'étais comme les autres mais que je vivais dans un autre endroit. Que ma cabane était perchée hyper haut et qu'elle était pas très grande mais que le principal c'était que je sois heureux d'être dans ma cabane, même si des fois j'avais le vertige, même si des fois les murs étaient trop proches. Ce professeur là, il devait être sérieux.

Alors il a dit qu'on allait un peu arrêter les médicaments, pour voir.

Mais moi je souriais toujours.

En plus, j'ai toujours une petite musique dans la tête.

En plus, maintenant c'est toujours la même. Elle tourne en boucle.

Et en plus je l'aime pas, elle est moche. C'est un violon qui geint, un violon qui pleure parce qu'il se fait découper par l'archer.

Le violon, je trouve que c'est un instrument triste et maltraité. Un violoniste, on dirait qu'il découpe une mortadelle avec un grand couteau. Alors la mortadelle crie.

Et ma musique, elle joue de la mortadelle toujours.

C'est à cause de l'anneau dans ma tête et de mon sourire. Le violon découpe ses tranches, ma tête pleure dans sa tête mais mon visage sourit.

Le professeur sérieux a dit que j'allais mieux, même si je souriais toujours.

J'ai toujours une petite musique dans la tête.

Je suis sorti du traitement depuis quelques jours. Je souris alors la dame m'a souri.

Elle m'a dit que j'avais l'air heureux, j'ai répondu non sale poufiasse dans ma tête. Elle m'a dit oui ça se voit que je suis heureux.

Le violon crie, la mortadelle est ritournelle, le couteau découpe fort. La dame crie, la mortadelle est éternelle, le couteau découpe très fort. Maman crie, les gens crient, la mortadelle est désaccordée, l'anneau gastrique a fermé tous les volets.

J'ai toujours une petite musique dans la tête.

Les médecins ont dit débile alors le juge a dit débile.

On a posé des électrodes sur ma tête, maman m'a regardé en pleurant, pourtant je souriais.

Un grand larsen a crié chez moi, toutes les fenêtres ont volé en éclat, la porte a explosé et ma vie est sortie par le sang de mon nez.

La petite musique dans la tête s'est arrêtée.

Posté par Old_Papistache à 07:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

La mélodie du bonheur (Pandora)

Des regards qui s’échangent
Des sourires qui se croisent
Les timides s’apprivoisent
Avant de faire connaissance

La rencontre est magique
C’est comme une évidence
Ils se prennent par la main
A deux on est plus fort

Il aime son rire
De fée, clochette
Lumineux et sonore
Qui tinte pour lui

Elle aime son rire
D’enfant, joyeux
Léger et contagieux
Qui chante pour elle

Mais à la nuit tombée
C’est en silence qu’ils s’aiment
Pour guetter les doux battements
De leur amour. De leur enfant

Posté par Old_Papistache à 07:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


29 mai 2009

On prend un p'tit café ?

cafes__13_cafes__13_cafes__13_

Posté par Old_Papistache à 17:02 - Commentaires [48] - Permalien [#]

Notes de poussière (Vegas sur sarthe)

C'est quoi ce tempo d'enfer? rien à voir avec l'intro, et puis on n'est pas tous en place! Ah c'est mon coeur qui fait ça...
J'ose un coup d'oeil par un des trous de l'épais rideau de scène en tentant de maitriser le tamtam qui martèle mes tempes; Ouf! ma guitare basse est là, ridicule et coincée entre les énormes baffles blancs et derrière le matos un monde de ténèbres respire d'une clameur étrange. Je transpire comme au sauna et une odeur de poussière ancestrale et omniprésente me donne la nausée.
Une odeur de coulisses, de décors, de tentures, de loges exigües, de planchers trop cirés... combien l'ont respirée avant nous dans ce mythique Olympia?
Pourtant la répète s'est bien passée il y a deux heures, malgré Mickey qui peinait à poser sa voix, les retours mal placés qui jouent du Larsen et cette impression insupportable qu'on ne va jamais m'entendre.
Sur le vieil orgue Hammond qu'on croirait né avec la scène, l'organiste prend son pied comme un fou et me noie dans des basses terrifiantes.
"Filez moi plus de retour, merde!".
Les techniciens invisibles derrière leurs consoles doivent bien rigoler; leur job c'est de régler la balance des têtes d'affiche, pas celle de 'Mickey and friends'.
Qu'est ce qu'on fout là? On était si bien dans notre ferme retapée de l'Aube, à s'éclater...musique de  jour, musique de nuit, crinières au vent, patchouly et filles pas farouches. Et puis la nouvelle est tombée comme l'enfer d'Hendrix sur Woodstock "Vous faites la première partie de Slade dans quatre jours à Paris".

Le temps de charger le fourgon jusqu'à la gueule et on file sur Paname, le coeur au bord des lèvres pour rencontrer Mickey, celui qu'on va accompagner. Pour lui, Mickey Bronx c'est un single chez Polydor qui passe sur les platines du Gibus et pour nous, trois morceaux à apprendre vite fait! Tiens, la brune là, on dirait Nana Mouskouri... "T'occupes ! Oui, c'est elle".
Un vieux studio de répète dans Paris, une forte odeur d'avant-guerre qui me prend au nez et me file des frissons. Le gardien-concierge-ex-preneur-de-son est aussi d'avant-guerre et bavard comme un gardien-concierge-ex-preneur-de-son... "O.K. papy, on jure de pas toucher au matos de Johnny! Qu'est ce qu'on ferait d'un saxo dans le groupe?  Oui, Noir c'est Noir...on a entendu parler, laisse nous bosser!". Si on l'écoute, on va bientôt évoquer Mistinguett. C'est fou ce qu'on peut faire comme bruit en plein milieu de la capitale sans que ça ait l'air de déranger; le faubourg Poissonnière en a vu d'autres!

"Ca va être à vous les gars!"
"Merde! Déjà!" Enfin c'est pas trop tôt et je voudrais aussi ne pas y aller, rester l'oeil collé au rideau, en spectateur et me nourrir encore de cette poussière de stars. Dire qu'ici j'ai vu les Beatles depuis le haut des gradins... Arrêter de penser pour calmer ce tamtam dans mon crâne ! La tunique mauve frangée à la Roger Daltrey me fait l'effet d'une seconde peau et j'aurais pas dû mettre des escarpins aussi hauts... trop tard, et puis je n'avais rien d'autre à mettre.
Un coup d'oeil à Bobock qui me parait détendu même s'il sait que sa capricieuse Flying V va se désaccorder dans une minute; moi je sais qu'il va assurer comme une bête juste à côté de moi et ça me porte.
Les autres m'entourent, on est combien déjà? avec l'organiste recruté il y a trois jours et les deux batteurs... pourquoi deux batteurs? Qui a eu cette idée de génie? On ne m'entendra pas, c'est certain.   
Le rideau dérape lentement sur ses rails dans un bruit de machinerie couvert par la clameur montante. Qu'est ce qu'ils crient? "Slade! Slade!". Heureusement je ne vois pas plus loin que le premier rang tellement ce soleil nous aveugle.
Désolé c'est pas Slade, c'est nous "Mickey... Bronx!" et ça n'a pas l'air de leur faire plaisir.
On m'a poussé ou bien je suis arrivé là tout seul? En tout cas mon cher manche est bien là, mes doigts retrouvent les cordes rondes et lisses prêtes à vibrer comme moi. Le tamtam a cessé dans ma tête ou bien je n'entends plus rien, mais si, je reconnais l'intro et les effluves tourbillonnantes de l'orgue Hammond. Respire, mec, à pleins poumons! T'es bien vivant!
Quoi qu'il en soit ces instants resteront gravés à jamais, je le sais, tout comme l'antique plancher poussiéreux, et si j'ai oublié chaque note de cette soirée magique, l'odeur de l'olympe est toujours là pour me le rappeler.      


Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Musique d’autrefois, musique d’aujourd’hui (Joe Krapov)

A
Tourner
Lentement
La manivelle
Il me revient presque
Un  peu   de  nostalgie
De nos années parisiennes.
Là   où   Colette   avait  vécu
Quelque part au-dessus du jardin,
Quand Buren n’avait pas planté colonnes

J’y
Avais
Acheté
Ce mécanisme
De boîte à musique,
Ces  cartes  et  la pince
Pour y poinçonner des notes.
Le  Palais-Royal    flamboyait,
Comme au temps de Molière et des rois,
De   trésors   de  luxe  au  fil  des   arcades.

Il
Chantait,
Higelin,
Avec « La » Fontaine
D’étranges    chansons
Que nous aimions entendre
Sortir de  nos  noirs vinyles :
« Cet  enfant  que  je t’avais fait »
Ou bien « Je suis mort, qui qui dit mieux ? ».
J’ai tout conservé mais plus rien ne marche !

C’est
La crise
Aujourd’hui
Mais je n’en ai cure !
Pour    rajeunissement,
Pour planter fanions au vent,
J’ai « ressorti mes vieilleries »,
Je tourne gaiement la manivelle
Et je nous revois, tous deux, à Paris !

jKk

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Bis repetita (Caro carito)

C’est toujours la même chose

Depuis 15 ans.

Depuis ce premier jour.

 

J’avais immédiatement senti l’assaut des odeurs. Je suis comme ça. L’odorat sensible, les sens à cran. L’éclairage était dense et d’un jaune pisseux. J’ai hésité. Après tout, seules quelques semaines de mon temps seraient voracement dévorées. A l’évidence, l’emploi du temps plombait les traits de l’équipe. Leurs voix monocordes paraissaient venir d’outre-tombe.

Au bout d’un mois, il me suffisait de jeter un regard au miroir de ma chambre d’étudiant pour voir cette même ombre brouiller mes traits : yeux en creux, joues hâves. Je me rasais maladroitement. La chaleur intense de ce mois d’août n’avait pas quitté la nuit. Une sueur sourde collait à chaque centimètre carré de la ville. J’enfourchais mon vélo, sachant que en quelques coups de pédales, en dépit de la douche que je venais de prendre, mon T-shirt serait transformé en un suaire humide.

Dans le hall, je n’eus pas besoin de regarder l’horloge pour savoir, que l’agitation ambiante était inhabituelle. Mais plus que tout, cette atmosphère métallique me prenait à la gorge. Un médecin me reconnut. Il me héla. J’entrais dans la ronde. S’ensuivirent des gestes mécaniques, cette routine à laquelle je m’appliquais journellement était devenue un fanal. Je surnageais à l’angoisse ambiante.

Soudain une main me tira. Des ordres brefs. Ascenseur, couloirs. Nous précédions les brancardiers. Au fur et à mesure, les remontées poisseuses des blessés s’estompaient, balayés par le désinfectant qui imprégnait les murs et les sols. L’une des infirmières vérifia ma tenue.

Je l’ai déjà dit, je suis un homme sensible. Pas extra-lucide. Sensible. En pénétrant dans la salle d’op, je l’ai entendu. Distinctement. Avec cette netteté un peu affolante des apparitions qui s’invitaient dans ma vie. Je savais cet homme entre la vie et la mort. Je captais l’écho des sons mats de son corps, ce tambourinement implacable. Il m’emplissait de sa rage, de cette furieuse envie de ne pas interrompre la course. Déjà j’emboitais le pas à l’équipe. Juste derrière le mentor, l’homme en blouse blanche et aux mains qui plongent la lame à même la chair vive. Ce fut le premier jour, dépucelage au goût âcre qui me laissa sans forces au bout des quatre heures d’opération. J’en sortis épuisé mais certain d’y revenir encore. Je ne pouvais laisser échapper l’appel de ce souffle.

 

Depuis ce premier jour.

Depuis 15 ans.

C’est toujours la même chose.

Une des infirmières vérifie ma tenue et en pénétrant dans la salle d’op, je l’entends...

 

Un homme, une femme, un enfant sont étendus là et je sens battre leur vie. Les yeux ouverts, je plonge à cœur nu.

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

PEPE ATHANASE RACONTE (Martine27)


 

Pépé Athanase (NDLR : pour ceux qui ne seraient pas au courant il s’agit de l’époux de Mémé Célestine et de l’arrière-grand-père de Mimi) s’installe près du feu dans son grand fauteuil. Ce soir, c’est veillée conte pour ses arrières-petits-enfants. Ils sont tous assis sur le tapis près de lui. Mémé Célestine observe tout ce petit monde du coin de l’œil en souriant et se plonge dans son sudoku.

 

« Aujourd’hui les petits » commence Pépé Athanase de sa belle voix profonde « je vais vous raconter une histoire triste ».

 

Il se penche et attrape sur une petite table près de lui une curieuse cassette ouvragée.

 

Il l’ouvre et une musique poignante s’en échappe.

 

Les enfants l’écoutent religieusement, ils savent bien qu’il ne sert à rien de presser Pépé Athanase qui racontera son histoire quand il le voudra.

 

La boîte passe de main en main pour finir entre celles de Mimi, qui la détaille de plus près pendant que Tom son chat bleu renifle la chose avec intérêt.

 

Il s’agit d’une sorte de boîte à bijoux, mais au lieu de la traditionnelle petite danseuse, Mimi découvre deux petits personnages, un jeune homme et une jeune femme habillés à la mode d’autrefois, chacun évolue d’un côté de la piste de danse et ne se frôlent qu’au milieu du bout des doigts. Une grande tristesse se lit sur leurs minuscules visages, Mimi en a le cœur serré.

 

« Il était une fois » reprend Pépé Athanase « une sorcière, belle comme une fée, intelligente et riche, mais c’était, hélas, une sorcière noire qui ne savait faire que le mal ».

 

« Il existe d’autres sorcières » interrompt Mimi.

 

« Oui, ma chérie, il existe de gentilles sorcières, mais laisse moi continuer. Donc cette sorcière était méchante et avait le cœur noir. Un jour, elle croisa au village qui dépendait de son château, un jeune homme qui venait d’arriver pour s’installer comme tailleur. Elle lui trouva belle allure et lui commanda aussitôt des robes. Il avait des doigts d’or et il lui amena des robes merveilleuses de légèreté et de couleur. La sorcière en les revêtant senti son cœur battre un peu plus fort. Elle décida donc de faire plus ample connaissance avec lui et l’invita à souper avec elle. »

 

« Il n’a pas accepté dis ? » coupe à nouveau Mimi.

 

« Mais si, il a accepté ma poupée, arrivé depuis peu il ne savait pas encore qu’il avait affaire à une sorcière. Il se rendit donc au château un soir de pleine lune, un peu emprunté dans son beau costume du dimanche, il tendit à la sorcière un modeste bouquet de fleurs en remerciement de son invitation. Le dîner fut somptueux, la sorcière était parée d’une des plus belles robes de notre jeune tailleur, les mets étaient divins, mais hélas, ils furent servis par une petite soubrette souffreteuse, mal fagotée et d’un physique assez banal. »

 

« Pourquoi hélas » intervient à nouveau Mimi.

 

« Veux-tu bien me laisser poursuivre ma toute belle et tu le sauras. Pourquoi hélas, mais parce que bien qu’elle fut peut attrayante, notre jeune tailleur tomba tout de suite éperdument amoureux de la délicate enfant, au grand dam de la sorcière qui s’en aperçut aussitôt. Elle décida quand même de séduire le jeune homme. Au fil des jours elle le tenta avec ses richesses, avec sa beauté, avec l’étendue de ses pouvoirs. Mais lui n’avait d’yeux que pour la jeune servante. Et un jour, croyant que la sorcière était son amie, il lui confia qui souhaitait épouser sa suivante. La sorcière en fut folle furieuse, mais elle fit bonne figure et lui annonça dans un beau sourire qu’elle leur offrirait un beau cadeau pour leurs épousailles, un cadeau qui leur permettrait de vivre longtemps côte à côte. »

 

« Aïe, aïe, aïe » s’écrient ensemble tous les enfants suspendus aux lèvres de Pépé Athanase.

 

« Oui, comme vous dîtes, aïe. Le jour du mariage, la sorcière fit venir les fiancés dans son château pour leur offrir son cadeau. Il s’agissait de la boîte que vous avez eue entre les mains. Elle la leur donna en les priant de la tenir chacun d’un côté afin qu’elle puisse les bénir. Naïfs, les deux amoureux obéir. Ils tinrent chacun un côté de la boîte, leurs doigts ne faisant que s’effleurer. Et la sorcière déclama « A jamais vous resterez côté à côte », les jeunes sourirent, heureux, quant elle repris avec un rire odieux « oui côte à côte mais sans jamais pouvoir vous enlacer » un éclair fulgura de ses doigts, la boîte tomba à terre, les fiancés s’étaient transformés en petites poupées qui se mirent à danser chacune de leur côté de la boîte, ne pouvant que s’effleurer les bouts des doigts lorsqu’ils arrivaient au milieu. La sorcière satisfaite de sa vengeance se débarrassa de la boîte qui fut récupérée par un de mes aïeux, celui-ci transmis la boîte et l’histoire à ses descendants comme je le fais aujourd’hui »

 

« Mais et la sorcière ? » s’enquière Mimi « elle n’a pas pu s’en sortir et comment les délivrer les pauvres ? »

 

« Ca ma toute belle » répond Pépé Athanase « c’est une autre histoire »

 

« Bof » fait un des enfants « c’est du flan tout ça, ce n’est rien qu’une vieille boîte à musique »

 

Et tandis que ses cousins et cousines se lèvent pour aller profiter du chocolat chaud que Mémé Célestine leur a préparé, Mimi et Tom regardent la boîte à musique d’un air désolé. Tout à coup Mimi perçoit entre ses mains ce qui ressemble aux battements de deux cœurs qui résonnent à l’unisson. Interloquée, elle lève les yeux et croise le regard bienveillant de son arrière-grand-père. Celui-ci lui sourit « Tu entends n’est-ce pas ? Peut-être trouveras-tu le moyen de les délivrer, prends cette boîte elle est à toi »

 

Mimi serre la boîte contre son cœur, remercie Pépé Athanase et avec Tom, ils commencent à réfléchir au moyen de libérer les prisonniers. Mais ça chers lecteurs, c’est aussi une autre histoire.

 

 

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :