26 mai 2009

On prend un p'tit café ?

cafes__13_

Posté par Old_Papistache à 17:02 - Commentaires [52] - Permalien [#]


Ceci n'est pas un texte (Virgibri)

Ceci n'est pas un texte. 

J’avais quinze ans environ. J’avais choisi une colonie de vacances de trois semaines avec des activités artistiques : photographie, calligraphie, danse.

Danse… Rien qu’à l’idée, j’avais peur. Mal dans mon corps, timide à l’excès, pas encore assez vieille pour comprendre ce que j’aimais dans le corps de l’Autre, complexée. Une adolescente, quoi. Et puis je détestais danser.

Pourtant l’approche de la prof fut aussi déroutante pour moi que géniale. Il s’agissait de danse contemporaine, un peu dans le style de Carolyn Carlson, que je ne connaissais évidemment pas. La première année de cette colo, je me suis tout pris en pleine tête. Tous mes sens étaient en alerte, bouleversés de tant d’émotions. Je le vivais même mal, cet excès.

J’ai décidé l’été suivant de réitérer. J’avais seize ans. J’étais prête, enfin. J’ai pu utiliser mon corps à des fins artistiques, sans être morte de honte. J’ai même fait alors mes premiers autoportraits, genre photographique que je n’ai jamais lâché depuis… Et puis il y avait la danse. J’acceptais enfin les conseils, les directions que mes pas allaient suivre : je recevais, et donc je donnais.

autoportrait

Je comprenais que mon corps pouvait être beau, en lui-même. Qu’il avait son propre langage, et que je pouvais créer sa grammaire, ma grammaire. Depuis, j’ai beaucoup occulté tout cela…

Pour les cours de danse, C. avait un gros poste à cassettes (oui, c’est d’un autre âge, je sais) qu’elle transportait partout. J’y ai entendu mille choses. Mais cet été-là, j’ai pris deux baffes musicales : La Callas, et René Aubry.

C., pour le spectacle de fin de séjour, faisait un solo sur « Casta diva », évidemment interprété par Maria Callas. Je n’avais jamais rien entendu d’aussi beau. J’en ai pleuré, lors de la première répétition. Je m’y revois encore…

Et puis il y a eu René Aubry. Musique instrumentale qui m’a accompagné les années suivantes, dans mon quotidien. On avait du mal à trouver ses albums dans le commerce, et ceux-ci valaient chers, à l’époque. Je les ai toujours.

L’écoute unique des morceaux de la consigne m’a ramenée à lui et à ces souvenirs d’adolescence. Mais si je suis honnête avec moi-même, je n’ai pas pu les réécouter parce qu’à la fin du film que j’ai déroulé de mon passé, j’ai accroché un wagon supplémentaire : vers la fin du deuxième séjour, j’ai poussé ma mère à me dire au téléphone ce qui n’allait pas. Je sentais à sa voix, à chaque fois que nous parlions, elle à la maison, moi dans une cabine, qu’une faille se faufilait. Et je n’avais pas mon père en ligne, lui, le silencieux gourmand de téléphone.

On lui avait découvert des ganglions et il devait se faire opérer. On mettrait en culture pour voir s’il n’y avait rien de malin ; mais lui, le sportif, non fumeur, buveur d’eau, ne craignait rien, n’est-ce pas ?

Nous étions en août 1992.

Il est mort en octobre 1993.



René Aubry. Après La Pluie 2
envoyé par RENEAUBRY. - Clip, interview et concert.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

Plaisir d’été… (Tilleul)

Allongée dans l’herbe frémissant sous une brise légère,

Je vois le ciel bleu parsemé de moutons blancs…

Les beaux jours sont éphémères,

Profitons de l’instant !

 

Un ru minuscule, tel un ruban d’argent

Frôle mes pieds nus en les rafraichissant

Son eau limpide avance doucement

Parmi les joncs et les roseaux tremblants

 

Chênes et hêtres se taisent un instant,

Pour écouter ce clapotis charmant.

Un peu plus loin, perché sur le vieux pin,

Un pic martèle l’écorce du sapin

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Petite musique de nuit (Poupoune)

Je sais que c'est pour moi qu'elle met la petite musique. Pour que j'aie pas peur dans le noir.

C'est papa qui lui avait rapportée de voyage. Une jolie boite rose avec une danseuse rose qui tourne et la musique qui fait tin nin nin nin nin quand on ouvre la boite. C'était un truc de fille mais c'était joli. Moi il me rapportait pas de cadeau. Il disait que je comprends même pas que c'est pour me faire plaisir et que ça sert à rien de gaspiller et que de toute façon j'abîme tout. Mais j'aurais aimé ça, moi, une boite comme ça. Même rose. Alors elle me l'a prêtée parce qu'elle est toujours gentille avec moi même que papa et maman ils disent que c'est un ange.

Elle le sait bien que j'ai pas fait exprès de la casser, la petite danseuse qui tourne... Et je sais bien qu'elle a pas fait exprès de crier comme ça. Elle était juste triste pour sa jolie danseuse, mais moi j'ai eu peur que papa et maman entendent et me fâchent alors j'ai voulu qu'elle arrête et elle a eu peur quand j'ai mis ma main sur sa bouche et elle est tombée. Elle s'est pas fait trop mal je crois mais elle a crié encore plus fort alors papa et maman ils sont venus et ils ont dit que cette fois trop c'est trop ça suffit c'est plus possible.

Maintenant tous les jours elle met la petite musique juste pour moi devant le conduit de l'aération. J'entends tout bizarre comme si c'était loin et que ça résonne mais j'aime bien quand même et je fais tourner la danseuse dans mes doigts. Parce que quand ils m'ont enfermé sous l'escalier, papa et maman, ils ont pas pensé à me la prendre.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :