19 mai 2009

Vous ne rêvez pas

Pour ceux qui s'étonneraient de lire, si tôt, les participations au défi #61,
lisez l'extrait de naissance du Nouveau Défi Du Samedi :
Le N.D.D.S.

Posté par Old_Papistache à 18:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


La réponse à Denis de la rue Saint Maur (Papistache)

Madame je la conné pas la madame mirielle ksce
_________________________________________________________

Madame la soignante
mon grand il est mort j’avais 2 ans. jen no j’en naur le 14 j’auré 35 ans.
Jamais il a parlé a personne de. Si c’é pour touché du je veux bien hérité a sa palce vu que je m’apelle Denis comme lui.

Si c’é pour payé une courone a la madame mirielle morte je suis aux As et Dik et j’é ma femme et mes enfants a mangé tous les jour alors faut pas tropiconté.

Mon grand père il a jamais écris ou dit a personne si comment il auré connu la madame mirielle. mon grand il été mécanissien rue St Maur a Paris, c'été un pas un bavard vu qu’il cosé pas beaucoup.

Ma mère elle m’a bien dit que quant il es mort le vieux elle a trouvé des lettres des tas de lettres dans une boite a amortisseurs Schnell que c’été de la fabrikassion allmende con n’en fé plus des comme sa mais ma mère elle a di qu’elle avé  brulé les lettres et la boite et c’é domage parce qu’une belle boite comme sa avec des timbre allmens collés dessus j’auré bien voulu les gardé.

Les scendres elle les a pas gardé, elle a pas pensé a les collé sur la tombe au vieux. Je crois même qu’a Paris on a pas le droit a cose des voisins du mort qui pourré se faché.

Ma mère elle ma dit qu’elle a bien gardé une photo d’une femme qui été dans le portefeuil du vieux mais elle sé plus ce qu’elle en na fé du portefeuil  c’été un en cuir qu’on auré dis du lézard ou du crocodile d’autruche mais il été décousu et sec comme une rondelle de sausison qui est resté lontemp au soliel. La photo j’été même pas je les même pas vu vu que j’avé 2 ans.

Pour touché vous me tené au cou rang, mais si sa vaut le cou je veux bien decendre chez les bouseux a la campagne dans le 28 pour touché si c’é possible, il faudra juste m’avancé le billet du train.

Si vous avé des joli timbre collé sur les envlopes que les gens vont vous envoillé si vous voulé je veux bien que vous me les envoillé.

Madame la soignante je vous salue mes salutation

Denis


Ps Madame excusé les ratures mais j’é demandé a mon ainée elle est en 6e sport mme Virgibri prof prince ipale elle veut pas recopié au propre.

Madame  Katia, je rajoute une ligne pour vous demandé si il vous reste pas des sucreries a la diafoirine pour mes petis frère.
S’il vous plait merci j’é cherché le portefeuil au grand père de mon père mais j’é pas beaucoup de temp, je dois faire une rédacsion pour la prof prince ipale, elle est sévaire.

Posté par Old_Papistache à 17:01 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :

Mireille et Mathilde (captaine Lili)

Gourdon, mardi 19 mai


Madame,

Votre lettre m’a trouvé alors que je venais mettre en ordre les affaires de ma mère. Je dois mettre en vente sa maison. La maison de mon enfance.
Ma mère est morte le 8 mai 2009. Agée de 94 ans. La coïncidence vous trouble-t-elle ? Mais je n’étais pas seul à l’enterrement… nous étions cinq. Avec moi, ma femme et nos deux adorables jumelles, un très vieil homme que je ne connaissais pas. Il m’a dit être inspecteur, devenu ami – caché – de ma mère au fil d’une longue enquête jamais résolue. J’ignore jusqu’où ont été les liens entre cet homme et ma mère, mais courbé devant la tombe fraiche il semblait avoir perdu un immense pan de sa vie.
Vous devez vous impatienter et vous demandez pourquoi je vous raconte tout ceci.  Celle dont vous avez pris soin, c’est Mireille Icks. Pas Mathilde Germaine, ma mère, dont je sais si peu de choses. Le très vieil homme n’a pas voulu me raconter de quelle enquête il s’agissait. Il m’a seulement dit qu’elle était son échec, et qu’il fallait que je reprenne les choses à zéro, qu’ainsi, non influencé par ce qu’il avait cru trouver et ce qu’il avait manqué, je verrai peut-être d’autres pistes. D’autres pistes pour quoi, mystère ! Je ne sais pas ce que je cherche. Ma mère était-elle soupçonnée ? Ma mère était-elle victime ?
J’ai trié la maison. Ouvert les placards, les tiroirs. Tous ceux que je n’ouvrais plus depuis longtemps. Et ceux que je n’avais jamais ouverts. Je n’ai jamais osé fouiller du vivant de ma mère malgré toutes mes questions sur ses origines. Nos origines. J’ignore tout de la famille de ma mère. Mon père est moins qu’un fantôme. La seule réponse de ma mère était le silence, larmes dans les yeux et mâchoire crispée.
J’ai trié la maison et trouvé des carnets. Ma mère y écrit à une sœur jumelle qu’elle appelle Mireille.
Auriez-vous l’obligeance de me partager vos découvertes ? Peut-être y aura-t-il parmi toutes ces adresses celle qui fait le lien entre leurs destinées ? Accepteriez-vous de me rencontrer ?

Bien cordialement,

Olivier Caplin

Ci-joint ma carte avec toutes mes coordonnées. Je vous en prie, j’aimerais tellement en savoir plus… Votre madame Mireille ressemblait-elle à Mathilde Germaine, ma mère ?

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Le nonuple (PHIL)


-    Raymonde, Raymonde, y a une lettre dans le courrier !
-    C’est original.
-    Y a une bonne femme qui nous écrit de Belgique, elle dit que la Mireille est décédée, va falloir qu’on lui réponde…
-    A la Mireille ?
-    Non. A la bonne femme. Faut lui dire comment qu’on l’a connue, la Mireille…
-    C’est qui, déjà, la Mireille ?
-    Ben tu sais bien ! La Mireille Ickx.
-    Mmmm…
-    Rappelle-toi. On était ensemble au Betterave Palace, à Péronne.
-    Ah ! … Péronne !.... Les douces heures de farniente…. C’est pas d’hier !
-    Alors, tu la remets, la Mireille ?
-    Euh…
-    Mais si, rappelle-toi, une vieille emperlousée qui sentait la naphtaline. Elle nous bassinait tout le temps avec les histoires de son fils. Mon Jacky par ci, mon Jacky par là, et mon Jacky, c’est le meilleur, et mon Jacky, c’est le plus beau. Y faisait du vélo, le Jacky. L’a même gagné le tour de France.
-    Ouais, ça me revient. Eh ben moi, je me souviens surtout du nonuple.
-    Ah oui ! Le nonuple. C’était balèze, ce coup là. Elle était forte la Mireille.
-    Elle avait un cul bordé de nouilles, oui.
-    Ben quand même, circuits, fallait le trouver.
-    Pfiouuuuu. 158 points d’un coup.
-    185.
-    158.
-    NOM DE DIEU, TU SAIS PAS COMPTER ? 185 J’TE DIS.
-    158.
-    M’ENFIN BON SANG ! C, I, R, 5 points ! C sur la case bleue, 6 points ! U, I, T, S, 4 points. Ça fait 15 points au total. Multipliés par 9 ça fait 135. Plus les 50 de bonus, 185 points, j’te dis.
-    158. Y avait un joker.
-    Comment ça un joker ?
-    Y avait forcément un joker. Y avait COURT sur la ligne G. Elle a fait CIRCUITS en utilisant le T.
-    Et alors ?
-    Alors y a que 2 C dans le jeu. Y avait COURT, elle a fait CIRCUITS avec un joker à la place du premier C
-    COURT, CIRCUITS, moi j’aurais pété les plombs, à ta place.
-    Elle est fine, celle-là. Fous-toi de moi, je vais te faire bouffer ton béret. N’empêche qu’elle avait un bol de cocue.
-    Elle était mariée, cette vieille taupe ?
-    Je sais pas. Mais merde. Moi j’ai toujours une palanquée de consonne, le K, le W, le Q sans U, jamais moyen de faire un scrabble. Pi elle elle a CIIRSU et joker, c’est pas du bol, ça ?
-    Oui, c’est ballot. Mais quand même, fallait le trouver.
-    Dis donc, Robert ?
-    Mouais ?
-    Le Jacky…
-    Quoi, le Jacky ?
-    T’es sûr qu’i faisait du vélo ?

Posté par valecrit à 17:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :